En France, le droit à la déconnexion

En France, le droit à la déconnexion

Le droit de se déconnecter (téléphone, mails) en dehors des heures de travail existe en France. Nos voisins sont pionniers en la matière. Fotolia

Les travailleurs français ont désormais le droit à la déconnexion en dehors des heures de travail. Qu’en est-il en Belgique?

Fini les appels du boss en fin de soirée, les e-mails professionnels du samedi. En France, depuis ce 1er janvier, la loi Travail assure le «droit à la déconnexion». Celui-ci vise à garantir le respect des temps de repos et de congés, ainsi que l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée.

Cette loi est une première mondiale et ne concerne que les entreprises de plus de 50 salariés.

Et en Belgique?

Chez nous, certaines entreprises ont déjà pris les devants en imposant l’extinction des serveurs informatiques en dehors des heures de travail.

Mais si le problème de burn-out lié à la surconnexion existe tout autant qu’en France, le droit du travail n’évoque pas explicitement cette question.

Théoriquement, les travailleurs belges doivent se référer à la loi sur le bien-être au travail. Elle prévoit que l’employeur garantisse des conditions de travail n’entraînant pas la dégradation des conditions psychosociales du travailleur. Cela implique donc qu’il ne soit pas trop sollicité, voire harcelé en dehors des heures normales de travail.

À l’employeur d’être prévenant face à tous les facteurs provoquant du stress.

Mais bien souvent, la surconnexion n’est pas incitée par l’employeur lui-même, mais par une culture d’entreprise et une internationalisation qui poussent à se montrer constamment performant et impliqué.

Nos dernières videos