NEUFCHÂTEAU

Neufchâteau et Léglise restent opposées au projet éolien près de l’échangeur E411/E25

Neufchâteau et Léglise restent opposées au projet éolien près de l’échangeur E411/E25

Illustration Capture

Les bourgmestres de Neufchâteau et Léglise ont réaffirmé leur opposition au projet visant à construire 10 éoliennes près de l’échangeur E411/E25.

Les bourgmestres de Neufchâteau et Léglise, Dimitri Fourny (cdH) et Francis Demasy (cdH), ont réaffirmé, mercredi, lors d’une conférence de presse, leur opposition au projet porté par Electrabel visant à construire 10 éoliennes près de l’échangeur E411/E25, à cheval sur le territoire des deux communes. Cette déclaration fait suite à un arrêt du Conseil d’État du 14 avril qui a annulé un arrêté du ministre wallon de l’Environnement et de l’Aménagement du territoire, Carlo Di Antonio (cdH), refusant le 19 octobre 2015, un permis au projet. Le projet avait pourtant reçu 19 recours (dont celui des communes).

Le Conseil d’État avait été saisi par Electrabel et trois moyens, déjà soulevés par le ministre, ont été évoqués. Tout d’abord une absence de consultation dans un rayon de 16,8 km puisque la consultation avait été limitée à un rayon de 3 km (seules Neufchâteau, Léglise ainsi que Vaux-sur-Sûre avaient été consultées). Ensuite, l’absence de prise en compte de la présence d’habitations dans un rayon de moins de 450 mètres (soit trois fois la hauteur d’un mat). Et enfin de possibles nuisances lumineuses pour l’Observatoire Centre Ardenne de Grapfontaine (Neufchâteau) pour l’observation du ciel avec la présence de lumières sur les éoliennes.

Les deux premiers arguments ont été balayés et le troisième jugé valable. En conséquence, le dossier revient chez le ministre et une enquête publique, prenant en compte les nuisances lumineuses, devra être organisée. Le ministre dispose d’un délai de 100 jours suivant l’arrêt pour se positionner. «Il y a des arguments contestables et qui peuvent être contournés par le ministre», a indiqué Dimitri Fourny. Les bourgmestres n’excluent pas un recours aussi un Conseil d’État.