Qui sont les candidats La République En Marche aux législatives ?

Qui sont les candidats La République En Marche aux législatives ?

Sandrine Mörch est la seule absente de cette photo de famille. Photo fournie par En Marche - https://en-marche.fr/le-mouvement/legislatives

Le parti du nouveau président français a déjà divulgué le nom de 14 de ces 577 candidats. Spécialistes de la finance ou haut fonctionnaires, certains d’entre eux ressemblent au nouveau président. D’autres ont un profil plus différent. Présentation.

Les 563 noms qui manquent à la liste des candidats aux législatives d’En Marche (EM) devraient être connus ce mercredi ou au plus tard ce jeudi. En attendant, EM avait dévoilé il y a quelques semaines les noms et les profils de 14 d’entre eux.

Parmi eux, aucun ouvrier, aucun salarié, aucun retraité mais des avocats, des hauts fonctionnaires, des consultants ou des cadres supérieurs. Contacté par nos soins à propos de ce manque, le parti a répondu avoir «présenté des profils issus de la société civile qui sont diversifiés».

Des clones de Macron

Plusieurs des candidats d’En Marche ont un profil qui ressemble beaucoup à celui du nouveau président: haut fonctionnaire et cadre dans la haute finance. Par exemple, Lætitia Avia est une avocate spécialisée dans les fusions-acquisitions à l’international, exactement le domaine dans lequel exerçait le banquier Macron dans sa jeunesse.

De la même façon, Hugues Renson a travaillé à l’Élysée avec Jacques Chirac dans les années 2000 à un poste très proche de celui qu’occupait Macron entre 2012 et 2014à savoir conseiller auprès du président. Alexandre Aïdara cumule à la fois les expériences dans l’industrie financière et dans les ministères où il a croisé Emmanuel Macron entre 2014 et 2016.

Des hommes et femmes engagés dans un domaine précis

Une autre avocate est aussi candidate d’EM: Caroline Reverso-Meinietti. Mais son profil n’a rien en commun avec celui d’une avocate d’affaires comme Laëtitia Avia. Elle est, en plus de son métier d’avocate, professeure de droit dans de grandes écoles de commerce du sud de la France et défend l’accès au droit pour tous.

Plusieurs domaines de la société sont spécifiquement représentés par un candidat d’EM. Élisabeth Toutut-Picard est haut fonctionnaire dans les hôpitaux, Jean-Baptiste Moreau est syndicaliste agricole, Mounir Mahjoubi est chef d’entreprise dans le numérique, Valérie Oppelt dirige une moyenne entreprise industrielle, Mathieu Orphelin est haut fonctionnaire dans le domaine environnemental et Jean-Michel Fauvergue est démissionnaire de la direction du groupe antiterroriste d’intervention de la police nationale.

Bref, avec les six noms cités précédemment, En Marche couvre la santé, l’antiterrorisme, le numérique, l’industrie, l’écologie et l’agriculture. À chacun sa spécialisation.

Des profils qui sortent de l’ordinaire

Les trois derniers candidats ont chacun dans leur genre une originalité qui a séduit le président Macron pour qu’il les mette en avant. Sandrine Mörch est par exemple une journaliste de terrain qui a réalisé de nombreux documentaires sur la démocratie locale.

Jean Viard est écrivain et sociologue spécialiste des vacances. Engagé depuis des années dans la lutte contre le Front National, il connaît bien le parti frontiste puisqu’il vient d’une région où il est historiquement présent: le sud-est.

Claire Tassadit Houd est celle dont le profil est le plus atypique. D’abord haut fonctionnaire puis active dans des ONG et créatrice d’un club de réflexion, elle est une figure intellectuelle peu connue en dehors du milieu parisien mais influente.

Enfin Mireille Robert est directrice d’école. Sa vie politique se résume à être conseillère municipale de sa petite ville de province mais ses engagements associatifs sont nombreux et son profil combatif.

 

Les élections législatives se tiendront les 11 et 18 juin prochain. 577 postes de députés sont en jeu dans autant de circonspcriptions. L’élection se joue sur deux tours, selon le même système que pour la présidentielle.