BRABANT WALLON

Gros plan: quand les maisons des jeunes se mettent au vert

Gros plan: quand les maisons des jeunes se mettent au vert

La MJ Antistatic de Tubize a aménagé l’arrière-cour de la ferme Massart pour en faire une zone verte, avec notamment un potager et une serre. En médaillon, Jimmy Capozzi, initiateur du label MJ Verte. EdA

Le label «MJ Verte» récompense les maisons des jeunes qui s’inscrivent dans une démarche durable. Illustration à Tubize, là où tout a commencé.

LIRE AUSSI | La MJ Squad, de la radio au potager

LIRE AUSSI | À Genval, le label n’a pas changé grand-chose

LIRE AUSSI | «L’Amour en Vers», festival éco-citoyen

À Tubize, la MJ Antistatic est installée à la ferme Massart. Un coin un peu isolé, «ce qui est une force», estime Jimmy Capozzi, animateur depuis dix ans. En marge de leurs projets musicaux et artistiques, les 150 jeunes fréquentant la ferme ont aussi mis un peu de vert dans leur quotidien. «Nous avons un potager didactique entièrement géré par les jeunes avec différentes méthodes de culture: permaculture, paillage, serre et aquaponie (NDLR: les déjections des poissons sont transformées en matières assimilables par les plantes qui, à leur tour, purifient l’eau). On y travaille sept à huit mois par an, et le fruit de la récolte nous permet de réaliser un atelier cuisine, chaque “vert-credi”.»

En plus du potager, la MJ Antistatic fabrique son propre jus de pomme: «On le propose gratuitement, alors que le Coca-Cola est lui vendu à 2€. Il n’a pas fallu longtemps pour changer les mentalités». Mais ce n’est pas tout: ils n’utilisent plus d’eau en bouteille grâce à un purificateur raccordé au réseau de distribution, récupèrent les eaux de pluie, tournent avec 200 gobelets réutilisables depuis huit ans, ont construit un abri de jardin de récup, privilégient des boissons locales et biologiques, etc. Toutes des petites actions qui leur ont permis d’obtenir, en mai 2016, le label MJ Verte, décerné par le collectif des MJ du BW, au même titre que la MDJ Orp-Jauche et Le Cerceau à Genval (voir ci-contre).

Une évidence pour les Tubiziens, car c’est Jimmy Capozzi qui avait émis l’idée d’un tel label. «En 2012, j’ai présenté mon projet à la ministre de la Jeunesse de l’époque, Évelyne Huytebroeck (Écolo). Et il faut bien préciser qu’avant d’être un label, c’est une charte que tout le monde peut adopter. En 2014, c’est au nom du collectif des MJ du Brabant wallon qu’on a entré le dossier et signé la convention avec la FWB.»

Après trois ans d’expérimentation, les fruits viennent enfin à maturité. «Aujourd’hui, six MJ ont un potager. Chez Zelle a installé une éolienne, des éco-teams vont ramasser les déchets dans de gros festivals, la moitié des MJ ont revu leur mode de consommation et ne proposent que des produits locaux et biologiques, etc. Ce sont 3 000 jeunes qui sont sensibilisés grâce à ce label. Une fierté pour moi, de même que pour tous les animateurs qui se donnent avec passion dans les différentes MJ du BW.»

Un label prêt à s’exporter

Si trois maisons des jeunes se sont déjà mises au vert, d’autres MJ vont leur emboîter le pas. «La MJ Woo, de Waterloo, va être labellisée lors du festival L’Amour en Vers, le 6 mai prochain (voir ci-dessous). Ce qui est intéressant de pointer, c’est que Masure14, la MJ de Tournai, sera également récompensée. C’est la première fois que l’on sort du Brabant wallon. Après, ce sera au tour de Liège (Thier-à-Liège) et Bruxelles (Le Gué). Et c’est intéressant, parce que ce sont des MJ citadines, qui n’ont pas les mêmes facilités que nous pour développer ce genre de projets.»

Le label dépasse donc les frontières. Une expansion qui fait plaisir à Jimmy Capozzi, mais qui fait peur aussi. «À la fin de l’année, on doit reconduire la convention avec le ministère de la Jeunesse. Si on pouvait avoir la même chose, et viser encore plus haut, ce serait parfait. Mais avec le politique, on n’est jamais sûr. Si ça se trouve, le prochain ministre ne sera pas sensible à notre projet, et décidera d’arrêter. Mais ce serait vraiment dommage.»

www.mjantistatic.be, www.mjverte.be.