BELGIQUE

Gaz naturel: plus d’un million de compteurs à adapter

Gaz naturel: plus d’un million de compteurs à adapter

Belga

Plus d’1,5 million de compteurs vont devoir être adaptés à un nouveau type de gaz naturel d’ici à 2030.

D’ici à 2030, 1,6 million de compteurs devront être adaptés à un nouveau type de gaz naturel en raison de la fin, à cette échéance, de l’approvisionnement de la Belgique par un champ souterrain situé dans la région de Groningen, aux Pays-Bas, et qui fournit au pays 5 milliards de mètres cubes par an. Le réseau de transport entre Anvers et Bruxelles doit dès lors être converti afin que l’actuel gaz à faible pouvoir calorifique puisse être remplacé par un autre à haut pouvoir calorifique. De nombreux appareils fonctionnant avec cette ressource pourraient également devoir être adaptés.

Le gaz provenant actuellement des Pays-Bas transite via des gazoducs par Anvers pour desservir cette ville portuaire et Bruxelles, ainsi que les communes situées entre les deux métropoles et quelques autres en Brabant wallon. Mais cette exportation prendra fin en 2030 et les propriétés du gaz qui sera importé en Belgique ne seront alors plus les mêmes. Ce qui nécessite une adaptation des réseaux de transport mais aussi de certains appareils fonctionnant avec cette ressource, comme les chaudières ou les chauffe-eaux.

La plupart des modèles datant d’avant 1978 ne sont pas compatibles. Ceux de la fin des années 1990 et du début des années 2000, pour la plupart des appareils à condensation, devront être adaptés, explique Philippe Massart, porte-parole de Sibelga, le gestionnaire du réseau de distribution de gaz naturel à Bruxelles. Cette conversion débutera en 2019 dans la région d’Anvers et un an plus tard dans la capitale, pour se terminer respectivement vers 2029 et 2023, détaille-t-il.

Si une telle opération ne devrait pas donner lieu à des surcoûts sur la facture des consommateurs, il reste encore à savoir si les frais de l’adaptation incomberont aux propriétaires ou aux locataires des logements. C’est l’une des questions que doivent encore régler les différents acteurs du dossier (l’État fédéral et les Régions, le gestionnaire de l’infrastructure de transport Fluxys, les gestionnaires des réseaux de distribution et les fournisseurs). Ceux-ci doivent en outre s’entendre pour définir le calendrier précis des adaptations nécessaires mais aussi de la manière de communiquer vis-à-vis du grand public.