SANTÉ

Brico et le glyphosate: «Il nous reste des efforts à fournir pour sensibiliser notre personnel»

Brico et le glyphosate: «Il nous reste des efforts à fournir pour sensibiliser notre personnel»

Pour l’heure, les herbicides à base de glyphosate restent au chaud dans les Brico. Reporters/QUINET

Accusée par Greenpeace de ne pas prendre ses responsabilités dans la lutte contre les herbicides à base de glyphosate, la société Brico a expliqué sa position sur le sujet à Lavenir.net.

+ LIRE AUSSI |Greenpeace : « Brico fait passer ses bénéfices avant la santé des citoyens »

Avec la publication de sa caméra cachée tournée dans différents Brico, Greenpeace a relancé le débat sur la vente de produits contenant du glyphosate.

Pointée du doigt par l’ONG, la chaîne de quincailleries belge ne compte pas faire disparaître le Roundup et ses concurrents de ses rayons tant que la loi lui permet de vendre ces produits. «Greenpeace a sa position et nous avons la nôtre», commente Rudi Schautteet, directeur opérationnel de Brico. «En ce qui nous concerne, nous suivons la réglementation autour de la vente des produits à base de glyphosate. Jusqu’ici, les différentes discussions et études n’ont pas permis de savoir si cette substance avait un impact sur la santé. De plus, en juin 2016, la Commission européenne a prolongé de dix-huit mois l’autorisation de vente du glyphosate.»

À travers sa vidéo réalisée avec de faux clients, Greenpeace a mis en évidence que les vendeurs Brico vantaient encore et toujours l’efficacité du Roundup, puissant herbicide controversé depuis plusieurs mois. Confrontée aux images de la séquence de Greenpeace, la direction de l’enseigne dédiée au bricolage et au jardinage nous a livré sa version des faits. «En matière d’herbicide, nous offrons une multitude de solutions aux clients, parmi lesquelles des alternatives aux produits contenant du glyphosate», indique Rudi Schautteet. «Nos collaborateurs essayent d’informer le client et de lui présenter les différentes possibilités. Greenpeace s’est rendu dans 20 magasins mais nous en avons 140 et tous nos vendeurs ne conseillent pas nécessairement le Roundup. Toutefois, nous sommes conscients qu’il nous reste encore pas mal d’efforts à réaliser afin de sensibiliser notre personnel.»

«

Le gouvernement fédéral a son rôle à jouer

»

À partir du 1er juin 2017, la Wallonie interdira l’usage du glyphosate pour les particuliers tandis que la substance est déjà prohibée sur le territoire de la Région bruxelloise depuis le 12 décembre 2016. Cependant, si le glyphosate ne peut pas être utilisé, il peut par contre toujours être mis sur le marché en Belgique. «Si le client ne peut plus utiliser les herbicides avec cette molécule, nous devrons prendre une décision au niveau de la vente», reconnaît le directeur opérationnel de Brico. «Mais le gouvernement fédéral a son rôle à jouer dans ce débat, ce n’est pas à nous, les distributeurs, de décider si oui ou non, il faut vendre ces produits.»

À condition d’être contraint par une future législation interdisant l’usage et la vente des herbicides controversés, Brico rejoindra peut-être bientôt Praxis, qui appartient au même groupe, et qui a déjà supprimé ces produits de ses rayons aux Pays-Bas.

Nos dernières videos