SANTÉ

Greenpeace: «Brico fait passer ses bénéfices avant la santé des citoyens»

Greenpeace a envoyé deux clients mystère dans vingt magasins Brico afin de tester l’attitude des vendeurs de la firme par rapport à l’utilisation de Roundup et autres herbicides à base de glyphosate.

+ LIRE AUSSI |Armes et glyphosate

+ LIRE AUSSI |L’usage du glyphosate interdit pour les particuliers en Wallonie à partir du 1er juin

Le résultat de cette expérience a été compilé sous forme de vidéo par Greenpeace, qui avait pris soin de dissimuler plusieurs caméras lors du tournage chez Brico en mars dernier.

Sur les images, on découvre les clients mystère allant à la rencontre des vendeurs de l’enseigne de bricolage. Ils leur ont demandé des conseils en matière de désherbage et malgré les nombreuses critiques dont il fait l’objet depuis plusieurs mois, le Roundup reste la proposition phare des employés de Brico qui ont renseigné les faux clients. «Les réponses des vendeurs sont déplorables», souligne Muriel de Pauw, responsable de la campagne Agriculture chez Greenpeace Belgique. «Brico ne veut pas entendre ce qu’il se passe à l’extérieur ou alors, c’est simplement une question de bénéfices. Ces derniers sont devenus plus importants que la santé des citoyens et l’environnement.»

La substance incriminée est le glyphosate, puissant herbicide classé comme probablement cancérigène par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Le Roundup et d’autres produits du même type en contiennent. En Belgique, ainsi que dans d’autres pays, les autorités publiques entendent faire valoir le principe de précaution et limiter, mieux encadrer voire interdire l’utilisation d’herbicides à base de glyphosate. «Pour l’instant, Brico se cache derrière la législation», poursuit Michel de Pauw. «L’entreprise n’affiche que peu ou pas du tout de prise de responsabilité. Notre objectif reste que Brico retire de la vente tous les produits à base de glyphosate, nous ne baisserons pas les bras tant que cette décision ne sera pas prise.»

Au niveau des autorités, l’attitude vis-à-vis de ces produits se précise puisque la Wallonie a interdit l’usage du glyphosate pour les particuliers à partir du 1er juin 2017. À Bruxelles, le glyphosate est également interdit dans les espaces publics depuis la fin de l’année dernière.

Par ailleurs, nous avons tenté d’avoir une réaction de la part de la société Brico sur le sujet, notre appel est resté sans succès jusqu’ici.

Nos dernières videos