Les bases de l'alimentation intuitive ou comment manger à sa faim

Les bases de l'alimentation intuitive ou comment manger à sa faim

Fotolia

Votre corps est peut-être votre meilleur diététicien. Il envoie, à qui veut et sait l’écouter, tous les signaux nécessaires pour une alimentation équilibrée.

Vous avez l’impression que les régimes ne marchent jamais? Vous n’êtes pas un cas isolé. Plutôt que de mettre en cause la volonté des personnes souhaitant perdre du poids, des nutritionnistes se sont penchés sur la question et ont choisi de rejeter la notion de régime classique.

«Les régimes risquent de mener à un sentiment de privation: manger moins que ce qui est souhaité et ne pas manger les aliments souhaités, tout est décidé avec sa tête (règles cognitives) et il y a une forme de contrôle qui peut mener à de la frustration, de la culpabilité et des rages alimentaires, explique Karine Gravel, nutritionniste et docteure en nutrition au Québec. Selon les études, 86 à 94% des personnes reprennent le poids perdu deux ans après la fin de la diète, ce qui indique que la méthode ne fonctionne pas.»

 

Une question simple : avez-vous vraiment faim ?

 

Une des clés de l’alimentation intuitive est de parvenir à différencier faim et envie de manger. Voici trois éléments pour aider à faire la part des choses :

- La faim : Ce n’est pas parce qu’il est l’heure du dîner que vous avez forcément faim. Le corps envoie des signaux quand il estime qu’un nouvel apport calorique est nécessaire. Le ventre a tendance à gargouiller, une sensation de vide apparaît au niveau de l’estomac et une fatigue légère s’installe, parfois accompagnée d’irritabilité (si on est affamé).

- La satiété : Pour percevoir le moment où le corps est rassasié, il faut manger lentement et être attentif au plaisir que procure chaque bouchée. Celui-ci diminue au fur et à mesure que l’estomac se remplit. Si votre palais s’est « lassé », inutile de manger plus de cet aliment. Faites une pause avant un éventuel dessert ou autre plat.

- L’envie : Nous sommes souvent déconnectés de ce qu’exprime notre organisme. Quelques astuces peuvent être mises en place au quotidien, comme l’instauration de quelques minutes de respiration profonde avant de passer à table ou l’utilisation d’assiettes plus petites qui invitent à se demander s’il est pertinent de se resservir ou non.