FRAMERIES

Prenez le train de la révolution numérique au Pass de Frameries

Le musée interactif des sciences vient d'inaugurer deux nouveaux espaces: la "Waouh zone" et la "Fabrique à pixels". Une expo et un labo pour explorer le numérique autrement.

La révolution numérique vous fait peur? Vous avez l'impression que les imprimantes 3D sont réservées à une élite? Dans ce cas, rendez-vous au Pass de Frameries pour faire tomber vos appréhensions. Le musée des sciences interactif vient tout juste d'inaugurer un nouvel espace dédié au numérique: la "Waouh zone" et la "Fabrique à Pixels".

Waouh zone? Un espace d'exposition qui fait la part belle à l'émerveillement et qui prouve que le numérique, ce n'est pas un truc froid et impersonnel. "Nous avions envie que le public puisse rentrer par les sens, par l'émotion, pour que cette thématique du numérique devienne quelque chose de vécu", explique Nathalie Cimino, muséographe et responsable des expositions. Le but est de montrer que le numérique peut être un outil de création, qu'il a une dimension poétique et que l'on peut rentrer dedans de manière intuitive.

"Parmi les balises qui ont guidé nos choix d'oeuvres, il y avait l'accessibilité à la fois aux plus jeunes et aux plus âgés, puisqu'on veut que cet espace soit propice au partage d'expérience, un lieu intergénérationnel", poursuit Nathalie Cimino. "La prise en main se fait en famille, renchérit Claire Bortolin, chargée de communication au Pass. Les grands-parents approchent les machines numériques via leurs petits-enfants".

C'est vrai que la jeunesse s'éclate sur ses oeuvres étranges. L'étrange gouvernail de Moviola, oeuvre du Brésilien Marcio Ambrosio, est piloté en quasi permanence par de jeunes timoniers voyageant dans une vingtaine de mondes oscillant entre réel et virtuel. En face, les enfants s'amusent le long d'un mur avec une nuée de boules de lumière, les "SoBo".

Un peu plus loin, "Murmur" permet de voir sa voix transformée en rayons lumineux grâce à une chambre d'écho un peu particulière. Toujours dans le sonore, "Le Chant des Machines" de Hovertone, artiste montois, émerveille les visiteurs, qui à chaque toucher produisent un nouveau son, des ondes colorées...

S'initier en touchant

"Chaque oeuvre est une ouverture vers un des axes du numérique: les capteurs sensoriels, le video-mapping, le mélange entre technologie classique et l'élecronique, entre réel et virtuel. Plutôt que de parler du numérique, on invite le visiteur à plonger dedans pour l'expérimenter et lui montrer ce qu'il peut être. Avant de le démystifier dans la pratique à pixels", poursuit Nathalie Cimino.

Après l'émerveillement, il fallait montrer aux visiteurs que eux aussi peuvent s'approprier les technologies numériques et devenir des "makers". Avec la Fabrique à pixels, le PASS a voulu recréer un esprit fab lab, ces ateliers créatifs dédiés aux nouvelles technologies numériques qui apparaissent à gauche à droite. C'est l'occasion de prendre en main les technologies et techniques numériques. 

"La Fabrique à pixels accueille un public scolaire et un public familial. Il y a deux objectifs: un, montrer que le numérique, ce n'est pas que l'ordinateur, nous voulons élargir l'horizon du public", explique Nathalie Clausse, responsable du service éducatif du Pass. "Deux: montrer qu'à tout âge, les gens peuvent produire des choses. Qu'ils ne sont pas simplement acheteurs, mais qu'ils peuvent fabriquer par eux-mêmes des applications et des objets".

Olivia l'a bien compris: pour sa première visite à la Fabrique à pixels, elle ressortira avec une boîte à bijoux gravée à son nom. Et ce n'est sans doute pas le seul objet qu'elle concevra, en tant qu'habituée du Pass avec ses parents: "on est abonné, on vient très régulièrement, on trouve intéressant de mêler la théorie à la pratique, de pouvoir manipuler, créer..."

Comment le numérique peut-il changer nos vies? Le Pass vous donne quelques pistes de réflexion depuis ce 1er avril. 

Réouverture de la salle des machines

C'est dans un lieu emblématique que le Pass a installé son espace dédié à la découverte du numérique: la Salle des machines. Du temps de l'exploitation minière, c'est là que se trouvaient les technologies de pointe de l'époque puisqu'elle abritait la machinerie indispensable à l'exploitation du site.

D'abord exploité par le Pass, ce lieu avait été fermé il y a plus de 5 ans, en raison de son coût énergétique. Ayant reçu des subventions pour l'isoler thermiquement, le Pass rouvre progressivement l'endroit de plus de 1000 m² répartis sur trois niveaux. Après l'espace numérique qui a pris ses quartiers au rez-de-chaussée, ce sont des espaces dédiés à la chimie et à la nature qui verront le jour dans le courant de l'année. A terme, il sera de nouveau possible de faire le tour du Pass sans sortir du bâtiment principal.