BELGIQUE

Cette maman d’enfant autiste pend des «Chaussettes Bleues» pour réaliser son rêve

Cette maman d’enfant autiste pend des «Chaussettes Bleues» pour réaliser son rêve

Flora Arrabito

Ce 2 avril est la 10e journée de sensibilisation à l’autisme. La troisième opération «Chaussettes Bleues» bat son plein au Bois de la Cambre pour mieux faire connaître ce handicap.

«Des chaussettes, parce qu’il n’y en a pas deux les mêmes»

Flora Arrabito est maman d’une fille autiste depuis 26 ans. Elle a dû l’élever en faisant face à l’ignorance du grand public et toutes les idées reçues qui en découlent. Ce dimanche, pour la troisième année de suite à l’occasion de la journée mondiale de sensibilisation à l’autisme, elle pend des chaussettes bleues dans le parc du Bois de la Cambre avec l’ASBL Autisme en Action pour faire connaître ce handicap.

«

Une nuit, j’ai rêvé que le monde entier était rempli de fils auxquels pendaient des chaussettes bleues. Et dans ce rêve, on m’a expliqué que tous les autistes avaient une place dans ce monde.

»

Depuis, Flora Arrabito veut faire de ce rêve une réalité. «Je me suis dit qu’il fallait prendre possession de la place publique et faire connaître ce handicap. Les chaussettes sont bleues, la couleur de l’autisme. Et comme les chaussettes, il n’y en a pas deux les mêmes, de formes d’autisme. L’autisme, c’est un spectre, du plus léger au plus profond. Avec d’autres parents, on veut faire exister nos enfants aux yeux du monde. Beaucoup vivent presque reclus ou subissent le regard des autres. C’est extrêmement difficile à vivre. Le handicap suffit à lui-même, pas besoin de ce regard qui peut être blessant. Nous voulons une fête où ils ont leur place, ainsi que tout le monde.»

Surtout, cet événement est l’occasion de parler de ce handicap dont le manque de connaissances du grand public va jusqu’à le confondre avec une maladie: l’autisme, ça ne s’attrape pas, et on n’en guérit pas. Avec Autisme en Action, il ne faut pas avoir peur de parler de ce handicap: sous les chaussettes bleues vous attendent des informations, des témoignages et des interlocuteurs. «Nous, parents, ça nous fait du bien d’en parler. On attend ça depuis longtemps», explique Flora Arrabito.

Cette maman d’enfant autiste pend des «Chaussettes Bleues» pour réaliser son rêve
L’autisme est un spectre et prend autant de formes qu’il y a de personnes atteintes du handicap. Autisme en Action ASBL

Ne pas ajouter un handicap aux personnes handicapées

«Pour les personnes les plus touchées par l’autisme, c’est très difficile de trouver des solutions en Belgique», déplore la cofondatrice de l’ASBL. «Ce n’est pas qu’il manque de soutien, mais il n’est pas aussi adapté qu’il le faudrait. Contrairement aux pays anglosaxons, nous n’avons pas accès à des solutions adaptées. Dans ces pays, ils ont compris que l’autisme est un handicap (et non une maladie), et ils ont développé les outils permettant aux personnes de s’épanouir au sein de la société. Les méthodes de renforcement positif et d’approche comportementale y ont fait leurs preuves et sont prises en charge par l’État. Ici, c’est à la charge complète des parents… Quand on veut faire évoluer notre enfant qui a un bon quotient intellectuel et lui faire suivre des études, l’enfant est relégué dans l’enseignement spécial, alors qu’il devrait être complètement inclu et avoir un accompagnement adapté.»

Flora Arrabito en est certaine: si on mettait ces méthodes en pratique dans notre pays, il y aurait moins de difficultés pour les parents et de problèmes d’intégration des personnes autistes: «La personne qui a déjà un handicap au départ en serait beaucoup moins handicapée.»

«

À l’âge adulte, une personne autiste qui n’a pas bénéficié d’un soutien adapté risque de subir un surhandicap, avec des crises bien plus compliquées et un comportement qui peut amener à plus de difficultés. L’enfant qui est bien suivi et à qui on apprend à communiquer sera moins susceptible d’avoir des troubles de comportement.

»

L’ASBL adresse donc son message au grand public, mais aussi aux autorités: «Au mieux on connaît ce handicap, au plus on facilite l’accès aux bonnes pratiques, moins il y aura des problèmes.»

«Ils ont beaucoup de choses à nous apprendre»

Être parent d’une personne autiste, ce n’est pas seulement être confronté au handicap de son enfant, mais aussi les idées reçues et le regard des autres. «On m’a accusé, comme la plupart des mamans, d’être responsable du handicap de ma fille. Ce qui est faux et très blessant. Aussi, les gens ont peur des personnes autistes. Parce qu’ils risqueraient d’être agressifs, méchants, alors que ce n’est pas plus le cas que dans le reste de la population. Ma fille est très grande et très forte, mais elle est douce comme un agneau!»

À la Cambre jusqu’en début de soirée, l’organisatrice de l’opération Chaussettes Bleues aura réussi sa journée si ceux qu’elle rencontre aujourd’hui rentrent chez eux en se disant «J’ai compris ce qu’est l’autisme et je sais qu’une intégration est possible».

Mieux que ça, la société peut gagner à s’intéresser davantage à ce handicap. «On peut énormément apprendre d’eux. Dans certains pays, leur intégration dans le monde de l’emploi est mise à bon escient, et la recherche continue d’avancer en s’intéressant à leur cas. C’est dommage que la Belgique ne profite pas de cette opportunité.»

Plus d’informations sur le site de l’ASBL Autisme en Action et sur la page Facebook de l’opération Chaussettes Bleues.


Nos dernières videos