PLAY-OFF 2 A

Jankovic: «Si je doute, c’est fini»

Jankovic: «Si je doute, c’est fini»

Photo News

L’entraîneur du Standard est convaincu que son équipe va rebondir. Et ne craint pas pour son avenir. «Si le club me vire, il n’a pas à se justifier.»

M. Jankovic, le Standard peut-il gagner les play-off 2?

Oui! On va tout faire pour, en tout cas.

Pour pouvoir, il faut vouloir. Et l’impression renvoyée par cette équipe est qu’elle n’a pas toujours envie…

Regardez les quarts de finale de Ligue Europa: sur les huit équipes, on en a rencontré quatre (NDLR: Vigo, Ajax, Anderlecht et Genk) et on n’a jamais été inférieur, sauf à Bruxelles. Ce n’est pas une question de capacité, mais de savoir se faire mal et aller dans le rouge.

C’est donc bien un problème de mentalité…

Mais la tactique peut influencer le mental, aussi. Depuis la reprise, on a des soucis au milieu, déséquilibré. J’ai tenté le passage à trois défenseurs mais j’ai senti qu’il fallait plus de temps, donc je n’ai pas insisté. Maintenant, on le fait par séquences, doucement.

Avec le recul, vous n’insisteriez plus de la même manière avec la défense à trois?

Pour mettre en place une défense à trois, il faut plus de défenseurs centraux qu’on en a en ce moment. On a trois options, avec Kosanovic, Laifis et Scholz. Mais derrière… C’était la priorité du mercato hivernal. J’étais favorable à l’arrivée de Vanlerberghe, que j’ai eu à Malines. Un défenseur central, cela reste une priorité, tout comme on a besoin d’un grand numéro 6, pour apporter de la présence au milieu et sur phases arrêtées.

Le milieu est-il le plus gros souci, en ce moment?

Depuis la reprise, on n’a pas maîtrisé une fois l’entrejeu. On a essayé plusieurs options, mais cela n’a pas marché, cela manquait de stabilité. On a encaissé beaucoup plus de contre-attaques, aussi, à cause de ce déséquilibre. Il fallait changer quelque chose. J’ai lancé le petit Deom pendant la trêve. Il donne quelque chose qui nous manquait. Il ne faudra pas le griller, mais il est un plus en ce moment.

Il va donc jouer en play-off 2?

Je suis content de Marin, c’est un bon joueur, mais on l’a peut-être lancé trop vite. Danilo, en revanche, n’a pas donné entière satisfaction, et je ne veux pas barrer la route à Deom.

Avez-vous l’impression de jouer gros, d’un point de vue personnel, avec ces play-off 2?

Je joue toujours gros.

Mais si cela se passe mal, vous serez remis en question. Y pensez-vous?

Jamais. Quand j’ai signé au Standard, j’ai signé mon bon de sortie en même temps. On m’a présenté un projet, je suis à fond dedans, avec ma ligne de conduite. Mais si le club veut me mettre dehors, il n’a pas à se justifier.

L’attitude des joueurs interpelle, tant la mentalité est à revoir. Surtout, ils peuvent décider de l’avenir d’un entraîneur, si ses méthodes ne leur conviennent pas, on l’a déjà vu… Vous le craignez?

Pas une seconde, je ne crains ça. Si je doute, et que je rentre dans le vestiaire avec cette idée, c’est fini. Encore une fois, c’est la tactique qui a aussi influencé le mental. Contre Courtrai, on est bien en place, puis on prend deux contres et tout s’écroule.

Les supporters ont demandé votre démission. Cela vous a-t-il touché?

Ma plus grosse défaite, plus importante que la banderole, c’est que 8 000 abonnés ne sont pas venus contre Courtrai. J’ai l’habitude de ramasser des coups, j’ai connu des cas extrêmes. À Belgrade, mon nom a été scandé puis deux semaines après, on me crachait dessus.

Scholz est moins bon depuis qu’il est capitaine. Y a-t-il une relation de cause à effet?

On voulait responsabiliser Scholz, qu’il prenne plus de poids dans le groupe. Mais c’est trop facile de dire que son niveau a baissé parce qu’il est capitaine. Il est en difficulté parce que le bloc est trop ouvert, et au lieu de défendre sur deux ballons, il y en a dix. Ce n’est pas la même chose…

Qu’avez-vous pensé du départ de Daniel Van Buyten? Est-ce plus facile pour travailler?

Quand j’ai discuté du projet, c’était avec Daniel, Olivier (Renard) et le président (Bruno Venanzi). Je ne m’occupe pas du mercato, et je ne cherche pas à savoir qui amène qui, pour me protéger. Mladenovic, je ne sais pas qui l’a amené, mais je peux vous assurer que je n’ai pas donné son nom alors que je l’ai eu (en sélection serbe). J’avais un super contact avec Daniel, et j’ai un super contact avec Olivier.

Seriez-vous prêt à repartir avec le même noyau, la saison prochaine?

À condition que les joueurs soient prêts à faire les efforts pour rester, à se donner jusqu’au dernier jour, je suis tout à fait partant. S’ils sont motivés, on signe direct.

Et en ce moment, ce noyau, il est motivé?

Par rapport à il y a six mois, il y a 13 joueurs différents, dans un noyau de 32. Ils apprennent à se connaître. Une saison comme on vient de vivre, avec tout le bazar à côté, ça n’arrive pas deux fois. Si elle reste, cette équipe sera plus forte avec l’expérience vécue. C’est une équipe costaude, et motivée, j’en suis sûr et certain.

Pro League

Classement
# MJ V D N B P
1 Union St-Gill. 16 11 4 1 41/17 34
2 Antwerp 16 9 4 3 29/18 30
3 FC Bruges 16 8 2 6 29/21 30
4 FC Malines 16 8 6 2 28/28 26
5 Charleroi 16 7 4 5 28/22 26
6 Anderlecht 16 6 3 7 31/22 25
7 La Gantoise 16 7 6 3 26/17 24
8 Eupen 16 6 6 4 26/24 22
9 Courtrai 16 5 4 7 20/19 22
10 KRC Genk 16 6 7 3 30/28 21
11 St-Trond 16 6 7 3 17/23 21
12 Standard 16 5 6 5 18/26 20
13 OH Louvain 16 4 4 8 22/26 20
14 FC Seraing 16 6 9 1 21/28 19
15 Ostende 16 5 9 2 19/35 17
16 Zulte-Waregem 16 4 7 5 25/35 17
17 Cercle Bruges 16 3 9 4 18/24 13
18 Beerschot 16 2 11 3 15/30 9
Nos dernières videos