De Genchi à Leva, le onze décalé du week-end

Eda

Chaque vendredi, découvrez notre onze décalé du week-end, où ce ne sont pas forcément les meilleures performances qui sont mises en avant.

Gardien

Fabrice Genchi (Durbuy) Même sans (Guillaume) Gillet, le portier sait s’y prendre pour multiplier les sauvetages. Et couler Arlon du même coup.

Défenseurs

Natanaël Frenoy (Standard) 17 ans et deux matches à l’arrière droit avec les Rouches. Le Goreux blanc est arrivé, en droite ligne de Tenneville.

Noumouke Sissoko (Freylange) Qu’il s’envole dans les airs ou qu’on l’envoie au sol, le défenseur freylangeois sait se faire remarquer. Up and down en résumé. Comme Freylange, année après année.

Médians

Benjamin Decamps (Grandvoir) Après la remontada adverse, un but qui fait pencher la balance en faveur de son équipe. Ou quand le bonheur change… de camp.

Nicolas Fagnoul (Heyd) Trois tirs sur la barre en une demi-heure. Un, deux, trois, nous irons aux bois.

Sébastien Leva (Givry) 12 pions déjà et un pied en feu. Cette équipe de Givry, c’est l’antithèse de la politique française en fait: c’est à gauche que tout se décide.

Nicolas Day (Virton) Un pied dans quatre des six buts de Virton contre Hasselt. Il n’est pas encore entré dans la police, mais c’est déjà lui qui règle le trafic.

Attaquants

Jean-Marc Gengoux (Habay-la-Vieille) Comme quoi, on peut armer la reprise le plus pourrie de sa carrière et inscrire le but le plus important.

Remi Marenne (Champlon B) Dix-huit ans et trois buts face au champion pour sa première titularisation. Marenne a mis le roi en échec.

Steve Bawin (Marloie) Deux penos et un coup franc lucarne en 18 minutes. Se prendre pour Messi en jouant face au Léo, fallait oser.

Xavier Claude (Ethe B) Trois buts, un assist, un petit pont pour la caméra, un titre et le trophée de régularité en prime: deux jours avant leur déplacement à Habay, les Cassidjes avaient déjà leur prix de consolation.