Heineken plie devant Budapest et un petit brasseur roumain

Heineken plie devant Budapest  et un petit brasseur roumain

Le gouvernement hongrois attaquait Heineken sur son étoile rouge «totalitaire». AFP

BRASSERIES Le géant néerlandais Heineken a annoncé ce lundi un «accord» dans le conflit de marques qui l’opposait à un petit brasseur de la minorité magyare de Roumanie, quelques jours après avoir été menacé de mesures de rétorsion par Budapest.

La multinationale avait obtenu en janvier de la justice roumaine que soit interdit à cette brasserie de Transylvanie, Lixid Project, d’utiliser le nom de bière «Csiki», en raison d’une similitude avec sa marque «Ciuc». Le nom «Csiki» renvoie à la région des Sicules, où vit une partie des 1,2 million de Magyars de Roumanie.

Budapest avait dénoncé un «abus de pouvoir aux dépens d’une entreprise hongroise» et répliqué par un projet de loi visant à interdire au groupe néerlandais d’utiliser son logo à étoile rouge, taxée d’emblème «totalitaire».

Heineken et Lixid Project sont finalement parvenus à un accord par lequel le groupe néerlandais «consent» à une «coexistence» des deux marques. En conséquence, poursuit leur communiqué commun «les deux parties abandonnent toute action légale liée au conflit commercial» et entendent «oublier leurs différends passés».

Lixid Project a remercié «le gouvernement hongrois» pour son soutien. Heineken a de son côté expliqué «reconnaître l’importance et la valeur émotionnelle de la marque Csiki pour ses brasseurs et ses consommateurs», ainsi que pour les «parties prenantes tant en Roumanie et en Hongrie».