Un projet de véranda? (1)

Un projet de véranda? (1)

Une salle à manger ou un coin lecture sont des usages qui conviennent bien à une véranda. Miniflat – Tineke Devos

Le Belge adore le principe de la véranda: une pièce supplémentaire vitrée pour apporter plus de lumière dans la maison. Mais est-ce la solution idéale pour tous?

Vous souhaitez ajouter un espace de vie à votre habitation, qui s’ouvrirait sur le jardin et formerait un puits de lumière bienvenu? Avant de se lancer, tête baissée, chez les vérandalistes, mieux vaut analyser certains points. Le premier concerne les autorisations.

Actuellement, et jusqu’au 1er juin prochain, un permis est nécessaire. Mais on peut en être dispensé si la véranda est contiguë au bâtiment et fait moins de 30 m2 avec un toit plat, ou à un ou deux versants (avec des matériaux similaires à ceux du bâtiment existant). Toutefois, une déclaration urbanistique doit obligatoirement être adressée à la Commune pour l’informer du projet.

Procédure simplifiée

Dès le 1er juin, le Code du développement territorial (CoDT) entrera en application et remplacera le Cwatupe (Code wallon de l’aménagement du territoire, de l’urbanisme, du patrimoine et de l’énergie). «C’est une grosse réforme, qui prévoit notamment une dispense spécifique de permis pour l’aménagement d’une véranda, ce qui n’était pas le cas jusqu’à présent», souligne Thibault Ceder, conseiller expert à la cellule Aménagement du territoire et logement de l’Union des villes et communes de Wallonie (UCVW).

La véranda se définit comme une structure légère comportant des parois et une toiture majoritairement en verre ou en polycarbonate. Selon le CoDT, pour être exempt de permis d’urbanisme, ce volume – le seul secondaire sur la propriété – doit aussi être attenant au bâtiment et situé à l’arrière. Sa superficie ne peut excéder les 40 m2 avec une hauteur sous corniche maximale de 3 m (et 5 m au faîte). «À noter qu’au 1er juin, les personnes qui ont déjà aménagé une véranda seront régularisées, précise Thibault Ceder. Mais elles doivent tout de même prendre contact avec leur administration communale.»

La bonne orientation

Voilà pour la loi. À présent, il convient de voir si le principe de la véranda s’applique à toutes les situations. «Le premier élément à prendre en compte est l’orientation, explique Claude Gallin, du bureau de conseil Vision VIP, spécialisé dans les transformations et rénovations. Si on est plein sud, ce sera invivable en été car trop chaud et tout aussi invivable en hiver car trop froid. Le vitrage solaire ne fait que retarder la surchauffe.» Et de souligner que la meilleure orientation est le nord, voire l’est.

«Il faut aussi prendre en compte la vue qu’on a actuellement sur le jardin depuis une pièce et qu’on n’aura plus. Ajouter une véranda n’est pas un acte anodin. Neuf fois sur dix, ce ne sera pas forcément le type de construction qui convient.»

Pour quel usage?

Et pourtant, le Belge et la véranda, c’est une véritable histoire d’amour (lire ci-dessous). Et aujourd’hui, on est loin des «boîtes à cigarettes», ces vérandas fort étroites qui défiguraient bien souvent l’arrière d’une maison. La recherche architecturale est là et la qualité de nos constructions est appréciée jusqu’au-delà de nos frontières.

Un dernier conseil avant de se lancer: bien définir l’usage qu’on veut en faire. «Un coin TV dans la véranda, ce n’est vraiment pas l’idéal, indique Claude Gallin. Il faudra tirer les rideaux pour diminuer l’intensité lumineuse. La cuisine n’est pas non plus appropriée en raison de l’importante production de vapeur et des risques de condensation. Par contre, la véranda convient bien pour une salle à manger ou un coin lecture.»

Samedi prochain, nous aborderons les aspects techniques. de la conception d’une véranda.