MELLET

Assassinat de Mellet: «L’analyse de la téléphonie confirme l’implication des 5 accusés» selon Me Bouchat

Assassinat de Mellet: «L’analyse de la téléphonie confirme l’implication des 5 accusés» selon Me Bouchat

L’avocat ne croit pas que David aurait renoncé à voir son fils après avoir subi «une correction». Il ajoute que, selon les quatre autres accusés, le mandat lancé par Sophie Dery «était de tuer David». BELGA

Assises du Hainaut: l’avocat qui représente les parents et le frère de David Ervinckx, assassiné, n’a épargné aucun des accusés et estime qu’ils ont utilisé des techniques de professionnels pour exécuter la victime le 28 mars 2013 à Mellet (Les Bons Villers).

Me Michel Bouchat, qui représente les parents et le frère de David Ervinckx, victime d’un assassinat en mars 2013, n’a épargné aucun des cinq accusés et estime qu’ils ont utilisé des techniques de professionnels pour exécuter David Ervinckx, le 28 mars 2013 à Mellet (Les Bons Villers). Me Bouchat affirme que l’analyse de la téléphonie et les déclarations des accusés confirment l’implication des cinq accusés dans ce qu’il qualifie de «crime profondément injuste».

L’avocat ne croit pas que David aurait renoncé à voir son fils après avoir subi «une correction». Il ajoute que, selon les quatre autres accusés, le mandat lancé par Sophie Dery «était de tuer David». Ce dernier a été tué par balles après avoir été attiré dans un guet-apens «organisé par chacun d’eux», et il n’a pas eu le temps de réagir.

Me Bouchat ajoute que David a été surpris par le tireur qui se trouvait du côté passager, alors que lui était assis derrière son volant. Trois tirs de calibre 6.35 ont touché la victime à hauteur du thorax. «Un autre individu se trouvait du côté conducteur afin d’assurer le phénomène de surprise», plaide l’avocat. «L’un et l’autre ont participé à l’exécution, peu importe qui était le tireur», dit-il au sujet des deux derniers accusés, Patrick Bastin et Fayçal Boutouil. Pour Me Bouchat, l’intention d’homicide ne fait aucun doute vu la zone visée par le tireur.

L’avocat affirme encore que l’analyse de la téléphonie lui permet de dire qu’on ne se situe pas dans une banale affaire de coups. «Le 16 février, Petit et Bastin sont présents à Nalinnes, proche du domicile des parents Ervinckx. Le 21 février, il y a au moins dix SMS échangés entre Dery et Di Iuliochiacchia, lequel appelle Bastin puis Dery. Ils sont ensuite tous à Fleurus et se rendent tous les trois, à deux voitures, à Nalinnes. Le repérage est actif puisque Giulano Di Iuliochiacchia n’arrête pas d’échanger des SMS avec Sophie Dery».

Le 8 mars 2013, l’avocat de David Ervinckx – «qui n’avait pas vu son fils depuis trois mois en raison des caprices de son ex-femme» – demandait à la justice qu’il ait la garde de son fils un week-end sur deux et la moitié des vacances scolaires. Le jugement était attendu le 29 mars, soit le lendemain du crime.

Le 20 mars, les échanges téléphoniques entre Dery, Petit et Di Iuliochiacchia se sont multipliés, «et Dery demandait d’en finir». Deux jours plus tard, Boutouil vole le GSM d’un ami, avec lequel il a appelé la victime pour lui fixer un rendez-vous à Mellet le lendemain, avec la carte de téléphone qui venait d’être activée.

Le 28 à 16h20, Boutouil est localisé à Frasnes-lez-Gosselies, non loin de la scène de crime. À 19h55, Bastin a un contact avec Petit. À 20h17, David Ervinckx, qui cherche l’adresse indiquée, appelle le numéro suspect. Le crime a eu lieu trois minutes plus tard.

Ce soir-là, Sophie Dery essaye de passer avec dix articles non scannés à la caisse du magasin Ikea. «Non seulement, elle drague le caissier mais en plus elle lui donne son numéro de GSM et lui envoie un SMS dans la demi-heure». L’avocat affirme qu’elle a fait son cinéma pour se forger un alibi.

«Le 29 mars, les GSM de Boutouil et de Bastin cesseront toutes activités», poursuit l’avocat. Ce jour-là, Petit dit à Di Iuliochiacchia: «c’est fait, il a pris deux balles». Pendant ce temps-là, Sophie Dery s’active pour faire transférer une BMW dans le garage de Di Iuliochiacchia.

Le 31 mars, lundi de Pâques, Di Iuliochiacchia va chez Dery et ne peut pas lui parler car un homme est présent, «ils se fixent un rendez-vous pour payer 10.000 euros que Di Iuliochiacchia donne à Petit et Bastin».

Le 1er avril, Dery fixe rendez-vous à Di Iuliochiacchia à Tamines pour établir un scénario car la BMW n’est pas arrivée au garage. «Il est impossible de justifier les contacts téléphoniques alors on invente l’histoire de la Fiat 500 et de la relation extraconjugale».

Pour Me Bouchat, Sophie Dery n’a fait preuve d’aucune humanité «et n’a pas émis le moindre regret pour la mort du père de son fils».

En conclusion, l’avocat de la partie civile estime que chacune des interventions des cinq accusés, de Dery à Boutouil, a été nécessaire et indispensable pour la commission du crime et que toutes les informations ont été transmises du premier au cinquième accusé. «Ils reconnaissent à travers leurs déclarations avoir posé des actes certains», conclut Me Bouchat.


Nos dernières videos