GIVRY

Supérette sacralisée à Givry: la première messe a été donnée

Supérette sacralisée à Givry: la première messe a été donnée

Ce Spar a récemment été transformé en chapelle à Givry (Archives). Google Street View

Trois ans qu’une messe n’avait plus été célébrée à Givry, non loin de Mons. C’est désormais chose faite. Et pas n’importe où… A l’endroit d’une ancienne supérette.

Fini les clients du magasin, place aux paroissiens. A Givry, l’ancienne supérette Spar a récemment été transformée en chapelle. La chapelle Saint-Sébastien, de son nom plein. De quoi interrompre trois années de disette paroissiale à Givry, où l’église du village est considérée comme «trop dangereuse» pour accueillir les fidèles.

Et parmi les fidèles présents en ce dimanche 12 mars, Pascal. A nos confrères de la RTBF, il confie: «Ce lieu nous est dédié à 100%. Nous l’avons remis en état, il y a un peu de nous ici.»

Dans un nouveau lieu de culte désormais béni par l’abbé Fernand De Lange. Qui, par ce geste, a donné des ailes aux nombreux fidèles réunis. Non plus dans la paix du spaghetti, mais dans celle du Saint-Esprit.

Outre la tenue de messes, des mariages, baptêmes et funérailles pourront à nouveau se tenir à Givry. Malgré tout, d’aucuns espèrent un jour revivre des offices au sein de l’église historique du village. A cet égard, «il y a un dossier en cours pour notre église Saint-Martin, avec une étude de stabilité subsidiée à 80% par la Région wallonne et à 20% par la Fabrique», explique Liliane Rigotti, présidente de la Fabrique d’église, à la RTBF. Et de conclure: «Nous espérons que d’ici dix ans, nous serons de retour dans notre église.»

 

Une moitié pour les fidèles, l’autre pour la police

Le bâtiment de l’ancienne supérette est divisée en deux parties. Une moitié est dédicacée au culte, à travers la nouvelle chapelle Saint-Sébastien. L’autre moitié sera bientôt occupée par la police. Un supplément de protection, en plus de celui du Seigneur.