LEUZE-EN-HAINAUT

Une double exposition pour «résister»

Oser résister pour que nos libertés subsistent, tel est le message des deux expositions proposées jusqu’à jeudi prochain à l’hôtel de ville.

«Parler des deux guerres mondiales, c’est parler d’aujourd’hui, confesse l’échevine leuzoise de la Citoyenneté, Mélanie Lepape, à l’initiative de la double exposition qui se tient actuellement à l’hôtel de ville. Cent ans après le premier conflit mondial, les problèmes d’extrémisme, d’intolérance, de conflits armés, de populations prises en otage ou fuyant leur pays sont malheureusement toujours d’actualité».

Plus qu’un devoir de mémoire, l’exposition «Triangle Rouge», visible jusqu’au jeudi 16 mars, invite le grand public à résister.

Comment? En éveillant les consciences par rapport à la montée d’idéologies radicales au sein de notre société.

La course à la présidentielle française est là pour le rappeler. Les divisions qui gangrènent tant la droite que la gauche en France pourraient ouvrir une voie royale au Front national.

Face aux idées extrémistes véhiculées de tout temps, la vigilance citoyenne doit se poser en rempart. C’est précisément ce à quoi en appelle la double exposition des «Territoires de la Mémoire» présentée dans les locaux de l’administration communale.

S’adressant principalement aux élèves de l’enseignement secondaire et du supérieur, «Triangle Rouge» se décline sous la forme d’un carnet de bord écrit par un journaliste. Ce dernier apporte un témoignage intéressant par rapport aux événements sombres qui ont marqué le XXe siècle. Même si le personnage est fictif, la mise en scène sert la cause de l’exposition en y apportant un certain dynamisme.

« Le fil conducteur, c’est ce journaliste qui met en lumière l’émergence en Europe, au cours du XXe siècle, de toute une série de régimes totalitaires avec Hitler, Mussolini ou encore Franco, souligne José Van der Meiren, l’un des guides bénévoles et membre du Cercle d’histoire et d’archéologie (CHAL). L’objectif est ici d’expliquer comment certains dirigeants politiques sont arrivés au pouvoir de manière démocratique. Une partie du public n’en a pas connaissance mais Hitler, par exemple, a usé d’un processus tout à fait légal pour parvenir à ses fins, avant de faire régner la terreur».

Au travers de quatre espaces enrichis de documents iconographiques et de récits, les visiteurs découvriront la montée des fascismes, la résistance à l’occupant, le système concentrationnaire et le devoir de vigilance.

«Mon Ami Paco», conçue par des écoliers leuzois

Un étage plus bas, dans les salles des Pas Perdus et du conseil communal, c’est une autre exposition, intitulée «Mon Ami Paco», qui tient en haleine les visiteurs. Accessible jusqu’à jeudi prochain, elle aborde, du point de vue des enfants, les thématiques de l’immigration, de l’enfermement arbitraire des personnes en séjour illégal et des camps de concentration.

«Nous avons ici eu envie d’impliquer les élèves de 5e et 6e primaires de l’entité qui nous ont livré leur perception sur ces différents sujets », nous explique l’échevine Mélanie Lepape.

Dessins, textes et autres reconstitutions, sous forme de maquette notamment, du funeste camp d’Auschwitz ont le mérite de conscientiser les plus jeunes aux périodes de troubles qui ont bouleversé notre société.

«Il ne s’agit pas d’expositions historiques au sens classique du terme mais qui traversent les époques et permettent à chacun, jeunes et moins jeunes, de se sentir concernés, citoyens et responsables, dans le monde actuel», assure enfin l’échevine, qui s’implique dans les visites guidées aux côtés d’animatrices de la bibliothèque, du centre culturel et de membres du CHAL.

Entrée gratuite aux expos Triangle Rouge et Mon Ami Paco. À voir à l’hôtel de ville jusqu’au 16 mars.


Nos dernières videos