JARDIN

Imaginer ses jardinières en 5 étapes

Imaginer ses jardinières en 5 étapes

- plprod – Fotolia

Il va faire beau ce week-end, un temps idéal pour commencer à penser à fleurir nos appuis de fenêtre. Dans les grandes surfaces et les pépinières, les pensées multicolores et les bulbes en tout genre attendent sagement qu’on leur offre des grandes vacances. Quelques conseils d’Antoine Evelette, pépiniériste à Nandrin, pour ne pas devoir aller en racheter toutes les deux semaines.

1. Nettoyer ses anciens bacs

Dans un coin de l’abri de jardin, un amas de bacs remplis à moitié de terreau et de vieilles racines de cette primevère qui vous aura fait faux bond l’année passée. Le printemps arrive à grands pas, les nettoyages qui vont avec aussi, c’est donc l’heure de prendre votre courage à deux mains et trier tout ce matériel.

« Le terreau qui reste dans le fond des pots peut être jeté car il ne reste plus aucun engrais dedans. Il faudra en remettre du nouveau », explique Antoine Evelette. Les perfectionnistes laveront les anciens pots en plastique à l’eau, voire au vinaigre, pour éviter une éventuelle contamination si feue la primevère était malade.

Les petits pots en plastique ont l’avantage de ne pas coûter cher, par contre leur résistance au vent laisse à désirer. Il vaut mieux donc penser à investir dans des pots en terre cuite, plus résistants, pour les garder d’une année à l’autre.

2. Choisir son terreau

«Un bon terreau, c’est la base de tout», continue le pépiniériste. Pour les plantes de printemps telles que les pensées, les primevères, les œillets et les bulbes, un terreau universel léger suffira. «Ce sont des plantes moins exigeantes et qui dureront jusqu’en avril.»

Antoine Evelette tient cependant à préciser qu’il y a deux sortes de terreau universel. « Celui que l’on vend à 1,50€ ne garde pas bien l’eau et contient très peu d’engrais, il vaut donc mieux bien choisir dès le départ.»

Si le but est de mettre des géraniums, des bidents ou des surfinias dès le mois de mai, autant acheter du terreau directement prévu pour les géraniums, contenant 10% d’argile, pour ne pas se retrouver avec plusieurs sortes de terreau. «Il est possible de réutiliser les fonds de sachet de l’année précédente, mais il vaut toujours mieux le mélanger avec du nouveau.»

3. Réfléchir à la composition

Certes, les bulbes, les pensées et compagnie ne sont pas des plantes très dominantes et vivaces.

Dès le mois d’avril, il faudra donc penser à les remplacer par des fleurs qui tiendront tout l’été et garantiront la beauté des appuis de fenêtre et de la terrasse.

Dès lors, le choix des pots est très important: les plantes vendues en magasin sont arrivées à leur potentiel maximum dans le petit pot où elles se trouvent et pour survivre, elles auront besoin de davantage de place.

Il est donc très important de réfléchir à la profondeur et la largeur nécessaires pour la plante. Cela assurera une bonne croissance à la plante, mais aussi une certaine stabilité en cas de vent.

Au moment de la plantation, il faudra également éviter de mettre des plantes dominantes avec des plus petites, comme le surfinia qui étouffera les bégonias en prenant du volume.

4. Planter intelligemment

Une fois que ces aspects pratiques ont été pensés, c’est parti.

Une couche de billes d’argile ou de cailloux dans le fond du pot pour bien drainer, une couche de terreau approprié, et on peut commencer à planter ses fleurs de printemps, jusqu’à ce qu’il fasse trop chaud pour elles et qu’il faille les remplacer par les jardinières d’été. «Il vaut mieux remettre du nouveau terrain qui tiendra toute la saison. Pour ne pas jeter celui qu’on a utilisé pour les bulbes, on peut par exemple le mettre en surface dans son potager. »

Pensez également à l’orientation de votre jardinière et aux besoins des plantes. Pour une jardinière d’été facile à entretenir, Antoine conseille des géraniums classiques, lierre ou droit, avec quelques lobélies pour avoir une touche de bleu un peu tombante.

5. De l’eau fraîche et de l’engrais

Faire une belle jardinière composée de surfinias, de bidents ou encore de nepetas, voilà ce que conseille ensuite Antoine pour les plus expérimentés, le tout pour avoir du volume et des coloris différents sur ses appuis de fenêtre.

Mais le pépiniériste prévient: «Ce sont des jardinières à ne pas oublier. Si elles ont soif ne fût-ce qu’un seul jour, elles meurent. Ce sont des plantes très belles, mais plus exigeantes, c’est pourquoi on voit souvent mourir des jardinières pendant les vacances d’été, parce que le voisin n’a pas toujours le temps de les arroser tous les jours. »

Antoine insiste également sur l’importance d’utiliser de l’engrais organique pour assurer la beauté de ses bacs car celui contenu dans le terreau est vite lessivé. «Arroser une ou deux fois par semaine avec de l’engrais, enrichi au sulfate de fer, c’est encore mieux pour assurer un feuillage encore plus vert.»

Nos dernières videos