GUIGNIES

Quatre roues sous la maison en bois de Christophe Boxus, la liberté à l’état pur (DIAPO)

Quatre roues sous la maison en bois de Christophe Boxus, la liberté à l’état pur (DIAPO)

Christophe Boxus et sa sœur Céline présenteront leur tiny house lors du salon déco & Jardin. ÉdA – 301762506420

Une toute petite maison en bois, sur roues, c’est le concept de tiny house. Christophe Boxus vient d’en construire une et nous l’avons visitée.

Christophe Boxus, menuisier basé à Guignies, a bâti sa réputation avec ses terrasses en bois avant de diversifier ses réalisations: bardages, abris de jardin, carports, pièces d’eau, palissades, etc. Comment en est-il arrivé à construire une «tiny house», cette maison minuscule construite sur des roues pour faire office de logement temporaire voire permanent, satisfaire les attentes de grands voyageurs ou de personnes à l’esprit nomade? Par défi de se lancer dans un nouveau concept. «C’est une œuvre d’art que je n’avais pas encore réalisée», sourit-il. Sa sœur, Céline, lui avait glissé l’idée dans l’oreille après avoir vu une émission télévisée. Frère et sœur ont foncé dans l’aventure devenue familiale. Céline qui n’était pourtant pas très bricoleuse, a participé à la réalisation au côté de son frère et d’un menuisier indépendant. «Cette maison, je l’ai appelée Liberté parce qu’on peut prendre la route quand on veut avec tout ce dont on a besoin à l’intérieur», s’enthousiasme-t-elle.


Une Tiny House fabriquée par Christophe Boxus par lavenir-tournai

La construction a duré deux mois, de fin décembre à fin février. 450 heures de travail, en comptant des déplacements comme celui nécessaire pour faire homologuer la remorque.

Quatre roues sous la maison en bois de Christophe Boxus, la liberté à l’état pur (DIAPO)
On peut l’emmener où on veut. ÉdA
La mini-maison construite sur une remorque de 6,5 mètres de long sur 2,5 mètres de large offre au final une superficie habitable d’un peu plus de vingt mètres carrés. Malgré ses mini-caractéristiques, la Tiny House n’est pas dépourvue de confort. On y trouve un salon équipé d’un canapé, une cuisine équipée, une salle de douche, une table escamotable, une toilette sèche, une chambre en mezzanine, des étagères profondes, etc. On l’a compris: chaque centimètre carré est intelligemment utilisé pour maximiser l’espace. «Et un local technique réunit l’installation électrique, un réservoir d’eau chaude de 60 litres et un réservoir d’eau potable de 140 litres», nous dit Christophe Boxus, qui évalue le coût de sa tiny house entre 50 et 60 000€.

N’allez pas dire à Christophe Boxus qu’une tiny house serait une sorte de caravane. Pour vous convaincre du contraire, il vous fera visiter sa maison qui sent encore bon le bois frais. «C’est quand même beaucoup plus joli et cosy non? Je l’ai conçue comme une maison classique à ossature bois. Étant donné ses dimensions réduites, je l’ai isolée avec dix centimètres de laine de coton, un matériau réputé pour ses caractéristiques écologiques et son poids relativement léger. Les châssis en bois, tous ouvrants, sont en double vitrage. J’y ai dormi le week-end dernier, sans chauffage, eh bien le matin il ne faisait pas si froid: on s’y sent comme chez soi.»

La «tiny house» de Christophe Boxus sera une des attractions du salon “Déco & Jardin”, dans le hall Tournai Expo du 10 au 13 mars 2017.