SOCIÉTÉ

«Ça coûte cher les femmes délicieuses, hein?!»: le CSA enquête sur une pub de Lidl

Pour la première fois de son histoire, le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) va mener une instruction sur une possible atteinte au respect de l’égalité entre les femmes et les hommes. Est visée une campagne publicitaire «sexiste» de Lidl diffusée en radio et en télévision.

«Ça coûte cher les femmes délicieuses, hein?! Elles veulent de belles sacoches, elles aiment aller au restaurant tous les week-ends [...] mais elles veulent aussi partir en week-end - tous les week-ends. Mais pas en Ardenne! Oh, non! Aux Canaries, à Dubaï, à New York, Bangkok ou pire, à Knokke-Le-Zoute. Alors, si vous voulez toujours vous payer une femme délicieuse, Lidl a pour vous du cola qui va vous laisser assez d’argent pour l’entretenir.» Bourrée de stéréotypes sexistes, la nouvelle campagne publicitaire de la marque Lidl, diffusée depuis quelques jours en radio et à la télévision, ne passe pas inaperçue. À tel point que plusieurs consommateurs ont porté plainte auprès du CSA.

«Nous avons déjà reçu près d’une dizaine de plaintes, assure Mathilde Alet, secrétaire d’instruction au sein du CSA. C’est beaucoup et c’est sans doute révélateur d’une vraie préoccupation de la part des citoyens. Il suffit de lire les réactions sur les réseaux sociaux pour se rendre compte à quel point cette publicité fait polémique.»

Diffusée notamment sur Nostalgie, la réclame va donc faire l’objet d’une enquête au sein du CSA. «Notre secrétariat d’instruction estime qu’elle porte potentiellement atteinte au respect de l’égalité entre les femmes et les hommes, ce qui est interdit depuis le 2 juin 2016 et l’introduction d’une nouvelle disposition dans l’article 11 du décret sur les services de médias audiovisuels dans la communication commerciale, note Mathilde Alet. Dans les faits, c’est la première fois que nous ouvrons un dossier sur cette base.»

Tandis que le Jury d’éthique publicitaire (JEP) - qui a également été saisi du même dossier - se prononcera sur le respect de l’éthique par les annonceurs, le CSA va surtout s’attarder sur la responsabilité des chaînes qui ont diffusé ce spot. Car les diffuseurs doivent aussi veiller au respect du principe d’égalité entre les femmes et les hommes dans les contenus commerciaux qu’ils partagent.

Dans un futur proche, le secrétariat d’instruction du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel va donc se pencher sur la publicité de Lidl et mener les investigations nécessaires. Si une infraction aux règles légales se confirme, le dossier sera déposé devant le Collège d’autorisation et de contrôle du CSA qui décidera ensuite des suites à donner à l’affaire.

En 2016, Lidl avait déjà été pointé du doigt par certains consommateurs qui s’étaient plaints d’une publicité de Lidl «discriminatoire et sexiste» auprès du JEP. Dans ce dossier, le Jury avait estimé que la réclame ne contenait finalement pas « d’éléments de nature sexiste ou de stéréotype allant à l’encontre de l’évolution de la société.»

+ MISE A JOUR | Lidl présente ses excuses pour sa pub: «Pas de message sexiste»

Nos dernières videos