L'ONG Agir pour la paix lance sa campagne Nuke-Free Zone avant des négociations à l'ONU

L'ONG Agir pour la paix a annoncé lundi le lancement de sa campagne Nuke-Free Zone contre le nucléaire militaire, qui se concrétisera par des actions de sensibilisation fin mars "afin d'attirer l'attention des médias et de l'opinion publique" sur les négociations en vue d'un traité d'interdiction des armes nucléaires qui s'ouvriront à ce moment à New York et dénoncer l'opposition de la Belgique.

"La Belgique est largement concernée par le sujet car elle abrite une vingtaine de bombes nucléaires étasuniennes sur la base militaire de Kleine-Brogel", dans la province du Limbourg", indiqué l'association dans un communiqué.

Et du 27 mars au 30 mars 2017, de premières négociations en vue d'un traité d'interdiction des armes nucléaires débuteront à l'ONU.

Agir pour la paix rappelle que la Belgique a refusé de participer à ces négociations lors du vote, le 27 octobre dernier à New York, d'une résolution inédite mais non contraignante. Elle avait été adoptée par 123 voix, 38 contre et 16 abstentions sur les 193 membres de l'Assemblée. La Belgique a voté contre, alors que les Pays-Bas se sont abstenus, a rappelé un responsable d'Agir pour la paix, Jérôme Peraya.

L'ONG prévoit dès lors d'organiser des "actions de sensibilisation" fin mars afin d'attirer l'attention des médias et de l'opinion publique sur ce Traité et sur l'opposition de la Belgique. M. Peraya s'est refusé à toute précision sur la nature de ces actions.

Le 28 octobre dernier, au lendemain du vote à New York, des militants pacifistes de la campagne Nuke-Free Zone avaient coloré le ministère des Affaires étrangères de vert fluorescent, couleur symbolique de la radioactivité, avant de simuler un charnier, symbolisant l'ampleur du danger que représentent les armes nucléaires.