Les carnets de Jean Schmitz : Ecoles fermées, faute de charbon (19 février)

Revivez la guerre 14-18 et la vie des Namurois durant l'occupation allemande à travers les yeux du chanoine Jean Schmitz et de ses carnets débutés le 23 août 1914.

Jean Schmitz raconte

C’est à partir de ce 23 août 1914 tragique, date de l’entrée des Allemands à Namur et à Dinant, que commence le carnet du du chanoine Jean Schmitz, secrétaire particulier de l’évêque de Namur Mgr Heylen.

Ce document inédit, qui relatera jour après jour la vie quotidienne des Namurois durant toute l’occupation, sera désormais notre fil conducteur principal pour cette série de longue haleine.

Quant aux journaux namurois, La Province de Namur disparaît, ses bureaux étant incendiés ; L’Ami de l’Ordre subsistera, mais sous contrôle allemand.

Lundi 19 février 1917

Service de M. le Chanoine Rousseau.

Paraît l’incroyable arrêté du 14 février, décidant la fermeture des établissements d’instruction, pour pénurie de charbon. On décide de tourner la difficulté, en ce qui concerne les séminaires et collèges, en ne faisant plus de feu dans les locaux des classes.

Arrive la nouvelle du sacrilège de Biesme, qui montre à quel degré d’émoi est arrivée la population, à la suite de la déportation des hommes.

Des hommes de Gand ont été amenés à Ethe, pour y niveler les ruines de la localité. La même opération va se faire, pendant les mois de février et mars, partout où les Allemands ont fait des désastres.


Nos dernières videos