Initiatives citoyennes

Grez-Doiceau : cinq ans que le premier Repair café du Brabant wallon a vu le jour

Grez-Doiceau : cinq ans que le premier Repair café du Brabant wallon a vu le jour

Françoise Darmstaedter et Danielle Rouffart, les deux fondatrices du Repair Café de Grez-Doiceau. ÉdA

Fin 2012, le premier Repair Café du Brabant wallon voit le jour à Grez-Doiceau. Aux manettes, deux femmes qui ont soif de changement.

Il est 14 h 30, samedi, au Repair Café de Grez-Doiceau et c’est l’effervescence. Danielle Rouffart, la présidente de l’association, s’affaire à servir les cafés derrière le petit bar, pendant qu’une dizaine de bénévoles se penchent sur les objets à réparer. Chaque mois, les habitants du coin y apportent leur aspirateur qui n’aspire plus, leur sèche-cheveux qui déraille, leurs vêtements à repriser…

Danielle a le sourire quand elle voit les discussions s’engager autour d’une machine à café récalcitrante et que les mains s’entraident pour mieux la réparer.

Avec Françoise Darmstaedter, Danielle a contribué à la création du Repair Café de Grez-Doiceau en 2012. Fervente partisane d’une économie alternative basée sur la monnaie locale et la seconde main, Danielle Rouffart veut penser le monde autrement. «

Il faut inventer des moyens de résister au manque de pétrole. On ne s’en rend pas compte, mais le pétrole est partout dans nos vies: dans les médicaments, les vêtements, certains objets, l’énergie, le chauffage… Quand il n’y en aura plus, il faudra faire sans.»

C’est dans cette optique que le Repair Café, qui se réunit un samedi par mois à la Maison de la Butte de Biez (32, rue du Beau Site), prend tout son sens pour Danielle: elle sensibilise son entourage à réparer plutôt qu’à jeter et ainsi donner une seconde vie aux objets.

«Je parle tout le temps de mes convictions, partout où je vais! Dans les magasins, en famille, partout. Avant j’étais désespérée par le fonctionnement du monde, maintenant je me rends compte qu’il existe des personnes qui, individuellement, font en sorte que le monde change. Cela m’a redonné la joie de vivre!»

Un Repair Café dans les écoles secondaires?

Sa joie de vivre, cette marionnettiste de profession la communique largement. L’ambiance du Repair Café est chaleureuse, à tel point que certains habitants y viennent parfois même s’ils n’ont pas d’objets à faire réparer!

L’événement peine pourtant à conquérir les plus jeunes de Grez-Doiceau. «À Bruxelles, il y a beaucoup de jeunes dans les Repair Cafés. Ici, non. On ne sait pas pourquoi», s’interroge Danielle.

Mais pour y remédier, une idée est lancée: celle d’aller faire des ateliers dans les établissements secondaires, à commencer par ceux de Wavre.

www.repairtogether.be.