Wépion: mobilisation pour Maxence, blessé en Thaïlande

Wépion: mobilisation pour Maxence, blessé en Thaïlande

Maxence Berote est sujet à des infections pour lesquelles les antibiotiques ne viennent pas à bout. ÉdA 301730182827

Grièvement blessé à la suite d’un accident, Maxence Berote est coincé en Thaïlande. Sa famille lance un appel pour financer son rapatriement.

Depuis la mi-janvier, c’est l’angoisse dans la famille et parmi les nombreux amis de Maxence Berote. Passionné de voyage dans un esprit aventurier, ce bientôt trentenaire de Wépion est parti en vacances en octobre dernier à Chang-Mai, dans le nord de la Thaïlande. Un pays qu’il connaît bien puisqu’il s’y est déjà rendu à plusieurs reprises. Il y a même obtenu son brevet d’instructeur de plongée.

Des vacances marquées d’une pierre noire, le 22 octobre, à la suite d’un accident où il s’est blessé au pied droit. Mais le 15 janvier, le voyage a carrément viré au cauchemar… «Il était passager d’une moto conduite par un copain, une personne de confiance qu’il connaît bien, lorsque le véhicule a dérapé, explique Jordane Berote, son frère. La tête de Maxence a percuté une bordure.»

Inconscient, il est emmené dans un hôpital public. «Il est resté deux jours dans le coma», poursuit son frère. Les blessures sont très importantes: «Trois vertèbres cervicales ont été fracturées et nécessitent une immobilisation complète sous peine de paralysie», explique sa maman, Faty El Aoudi. Le plus préoccupant à ce stade. Mais il a aussi été touché à la tête, à la fesse, à la cheville, son épaule est fracturée. Il est aussi brûlé grièvement au poignet et au visage.

Son état nécessite plusieurs interventions chirurgicales. Pourtant, le pauvre Maxence n’est pas au bout de son calvaire… «Depuis un mois, il a contracté des infections: à la cheville, à la fesse et surtout à la tête, où il a une cicatrice d’une oreille à l’autre», poursuit son frère qui n’hésite pas à qualifier l’hôpital de «dégueulasse». «Quand on ne lui donne plus d’antibiotiques, il a des poussées de fièvre jusqu’à 40. Ils ignorent d’où ça vient.»

Pour la famille, la vie de Maxence est en danger. Son problème vertébral impose une immobilisation, mais il est évident que, dans ce contexte, le rapatriement est envisagé. Et c’est là que le cauchemar se poursuit: « Clients de longue date chez Ethias, nous avons une assistance pour l’étranger, reprend sa maman. Mais le problème, c’est que la couverture est limitée à 90 jours… Elle a pris cours le jour du départ, le 3 octobre, et s’est achevée le 31 décembre. On ne nous l’avait jamais dit. Et on ne nous pas non plus rappelé que la période de couverture arrivait à échéance comme cela se fait habituellement pour les autres assurances et qu’il fallait introduire un renouvellement de trois mois.»«On espérait un geste commercial, mais rien. Humanité, zéro!» peste Jordane.

La famille avoue ne pas avoir les moyens de ce rapatriement, estimé à des dizaines de milliers d’euros. Elle s’est tournée vers la mutuelle, mais il n’existe pas de convention entre la Belgique et la Thaïlande. Déception plus grande encore après avoir contacté l’ambassade belge: «Tout le monde nous dit que quand un ressortissant belge est en danger à l’étranger, l’État s’occupe de le rapatrier. Eh bien on nous a répondu que non», poursuit le frère de Maxence qui n’a aussi obtenu que des réponses négatives de MSF, de la Croix-Rouge, du CPAS, de l’Armée.

Avec le sentiment d’être abandonnés, les proches de Maxence ont décidé de médiatiser leur désarroi et de susciter un appel de fonds (lire ci-dessous). «Depuis, nous avons repris espoir.»

 

 

«L’État belge n’est pas un assureur»

 

Malgré plusieurs tentatives, il n’a pas été possible hier, dimanche il est vrai, de contacter un responsable de la compagnie d’assurances Ethias, pointée du doigt par la famille Berote. En revanche, au ministère des Affaires étrangères, on est très clair: «C’est aux assurances de couvrir, l’État belge n’est pas un assureur», précise, de façon générale, Didier Vanderhasselt, porte-parole de Didier Reynders.

«Ce qu’on peut faire, c’est apporter notre soutien aux Belges en difficulté, pour faciliter le contact avec les autorités, pour fournir des documents qui seraient nécessaires.» Le porte-parole ajoute encore: «L’État belge peut aussi, dans certaines circonstances exceptionnelles, lorsqu’il n’y a pas d’autre moyen, avancer une série de petites sommes pour un vol de rapatriement. Il faut alors signer une déclaration de créance car ces sommes doivent être remboursées.» Didier Vanderhasselt ne relève qu’un cas où l’État organise un rapatriement: lorsqu’il faut évacuer des citoyens belges en danger dans un pays, en particulier pour des raisons de conflit. «Cela fait alors l’objet d’une décision gouvernementale.»

 

 

Le financement participatif à la rescousse

Elle a fait le calcul: si elle doit assumer seule la facture, la famille de Maxence devra débourser 70 000€. «Il faut compter 800€ par jour en soins médicaux et 35 000 à 40 000€ pour le rapatriement», explique Jordane. «Un avion adapté, avec du personnel médical, est indispensable pour éviter tout choc et tout problème», insiste sa maman. Une facture insupportable, sauf à revendre la maison familiale qui n’est pas encore remboursée. «La mutuelle devrait intervenir après coup, mais ce ne sera que pour une partie réduite de la facture des soins», affirme Jordane.

Wépion: mobilisation pour Maxence, blessé en Thaïlande
EdA

Une solution: la solidarité. «Nous avons fait appel à des dons, via une plateforme française de financement participatif, www.leetchi.com. L’objectif est d’atteindre 70 000€. En moins de trois jours, on a déjà plus de 7 500€. Mais ça ne fait que commencer: l’appel a été partagé via Facebook. Comme nous avons pas mal voyagé, l’appel a été relayé des milliers de fois, jusqu’au Costa Rica et en Nouvelle-Zélande.»

Un ami de Maxence a aussi pris l’initiative d’organiser un souper de la solidarité pour récolter des fonds. Il aura lieu le 17 mars, à 18 h, à la salle Chez nous, rue H. de Leez, à Grand-Leez. «447 personnes ont été invitées et il y a déjà 55 participants annoncés.»

 


Nos dernières videos