Le gouvernement devra décider du soutien à l’éolien offshore

ÉNERGIELa Commission de Régulation de l’Électricité et du Gaz (CREG) a remis au gouvernement, qui devra se prononcer, les résultats encore confidentiels d’une étude qui recommande le soutien futur à apporter à la production d’électricité en mer à la lumière de changements intervenus aux Pays-Bas, a annoncé ce mardi la présidente du régulateur indépendant du secteur de l’énergie en Belgique, Marie-Pierre Fauconnier.

Le parc éolien en mer du Nord comprend neuf concessions domaniales au large de Zeebrugge, dont la moitié est opérationnelle. Pour 2016, le mécanisme de soutien prévoyait un cadre fixe pour un montant de 5,724 milliards d’euros sur vingt ans, compte non tenu du prix de l’électricité. Trois autres parcs offshore sont en projet, pour lesquels les mesures de soutien doivent encore être décidées par le gouvernement fédéral.

Mais les Pays-Bas ont brouillé les cartes en concluant en juillet dernier, à l’issue d’un appel d’offres un accord pour la construction de deux parcs à proximité de la frontière belgo-néerlandaise, avec la société danoise DONG Energy. Un prix de 72,70 euros par mégawatt-heure (MWh) produit, hors coûts de connexion, a été garanti par les autorités pour une durée de quinze ans.

Pour 2018, de nouveaux parcs opérationnels bénéficieront d’un nouveau mécanisme de soutien. Il doit assurer un rendement stable aux investisseurs, mais en requérant moins d’intervention publique. Le prix garanti est-il la réponse?