Tournai

VIDEO | Une formation de fossoyeur à Tournai

Si le cimetière de Kain (Tournai) a fermé ses grilles durant plusieurs jours, c'était pour permettre la désaffectation de tombes. Xavier Deflorenne en a profité pour donner un module de cours sur l'exhumation dans le cadre de la formation des nouveaux fossoyeurs.

"Il n’y a pas de périodicité prévue par les textes pour la désaffectation des tombes", précise l’échevine tournaisienne Lætitia Liénard, qui a notamment les cimetières dans ses attributions. Nous procédons à ce type d’opération dès lors que nous manquons de places. » Que cette opération se déroule durant la saison la plus froide peut se comprendre. Car il s’agit bien d’exhumer des corps et de les placer dans l’ossuaire communal situé dans l’enceinte du cimetière. Une activité qui se déroule selon un strict protocole et dans le respect des défunts.

C’est précisément ce qui a été fait dans le cas du cimetière de Kain dont la fermeture a été programmée durant deux jours afin de permettre le bon déroulement des opérations.

« Monsieur Cimetière » en Wallonie, expert auprès du SPW et formateur eu sein de l’Institut du patrimoine wallon, Xavier Deflorenne  se trouvait à Kain ce vendredi, avec une quinzaine de candidats fossoyeurs 
venus de Wallonie, et plus particulièrement de Frasnes, Rebecq et Comines/Warneton.

« Je profite de ces désaffectations pour donner un cours sur l’exhumation qui est l’un des cinq modules proposés dans le cadre de la formation au métier de fossoyeur donnée en partenariat avec le SPW, l’IPW, le CRF, l’IFAPME et le Consortium de validation des compétences. Sachant que le premier module consacré à la gestion des cimetières et du patrimoine funéraire est un prérequis indispensable», explique-t-il. 

++ Toutes les explications dans notre vidéo que vous découvrirez en cliquant sur l'image en tête de cet article et d'autres détails dans l'édition de l'Avenir/le Courrier de l'Escaut de ce samedi 28 janvier 2017 ++