Ronquières - Canal du Centre

9 millions d'euros pour le plan incliné de Ronquières et le Canal du Centre en 2017

Les deux sites fluviaux emblématiques de la région du Centre seront en travaux courant 2017. L'un pour éviter de tomber en ruine, l'autre pour devenir un site touristique un peu plus rentable...

9 millions d'euros. C'est le budget consacré cette année par la Wallonie pour deux sites emblématiques de la région du Centre en matière de navigation fluviale, à savoir le plan incliné de Ronquières et le canal historique du Centre

A côté des infrastructures routières, la navigation fluviale est l'autre grand volet du Plan Infrastructures 2016-2019 du gouvernement wallon. Son objectif: que les voies navigables constituent une alternative crédible dans le transport des marchandises. Mais qu'elles deviennent aussi un attrait touristique, vu le côté unique et remarquable des ouvrages d'art érigés en Wallonie. 

4 millions pour éviter la déglingue du plan incliné de Ronquières

C'est dans ce cadre que doit être rénové le plan incliné de Ronquières, situé sur le canal Charleroi-Bruxelles. Mis en service en 1968, cet ouvrage unique permet de compenser un dénivelé de 68 mètres sur 1452 mètres. Mais il présente plusieurs carences.

"Au cours des dernières années, peu de moyens ont été consacrés à la maintenance générale de l’ouvrage, en particulier en ce qui concerne le génie civil et les chemins de roulement, et en tout cas beaucoup moins que les montants considérés comme normaux dans les études consacrées aux coûts de maintenance des ouvrages d’art hydrauliques", peut-on lire dans la note d'orientation du Plan Infrastructures consacrée au plan incliné.

En vrac, ont été constatés comme "désordres": des fuites d'eau sous le pont-canal, des chutes d'éléments de béton, des infiltrations d'eau, des venues d’eau dans des locaux techniques, des fissures, des rails de roulement à bout de souffle...De ces avaries, il résulte "des dégâts nouveaux, l’aggravation de désordres anciens et des usures excessives".

Quels sont les risques si rien n'est fait?  L'arrêt prolongé et non programmé de l'ouvrage, entraînant du coup un arrêt de la navigation sur le Canal. Mais aussi, plus grave, le déraillement d'un bac ou contrepoids de 5 000 tonnes. Bref il était temps soit d'agir, soit de fermer le plan incliné, et donc le canal à la navigation.

C'est la première option qui a été choisie. Mais la réhabilitation de l'ouvrage coûtera cher: 55 millions d'euros, estimation faite en 2014, pour des travaux qui s'étaleraient sur 5 ans, de 2017 à 2021. Cette année, le budget prévu au Plan Infrastructures est de 4 millions d'euros, alors que la note d'intention prévoyait 5 millions pour l'aspect Génie civil et 7,5 millions pour l'aspect électromécanique en 2017.

Il s'agira de procéder, entre autres, à la remise en état de l'étanchéité du pont-canal, à la remise en état et réhabilitation des chemins de roulement, à la rénovation des essieux, à la réparation et à la remise en peinture des bacs, à la réparation des bétons de la tour, à la remise en état des chemins de guidage ou encore au remplacement des appuis des trémies.

5 millions pour rentabiliser le Canal du Centre historique

Pour le Canal du Centre historique, on est dans une autre approche. Là où le plan incliné a encore une vocation dédiée au transport de marchandises, ce deuxième dossier est purement touristique. Avec ses 4 ascenceurs classés au patrimoine de l'UNESCO, le canal est désormais consacré à la navigation de plaisance.

Le site a fait l'objet de nombreux investissements ces dernières années: 40 millions d'euros depuis 2002. Les ouvrages sont donc dans un bon état général, juge la SOFICO. Les travaux qui seront engagés à la fin de l'année 2017 sont destinés à pérenniser les ouvrages anciens classés, à favoriser le développement touristique et l’embellissement du site.

Car après avoir investi autant, il est temps que le site rapporte. "L’exploitation touristique actuelle ne peut perdurer à cause de son coût intolérable à la collectivité. L’enjeu est d’entreprendre une stratégie de développement permettant de décupler la fréquentation (seuil de rentabilité) grâce aux investissements proposés, mais aussi à la mise en place d’une structure de gestion cohérente et efficace (notamment par des partenariats ou des concessions)", explique la note d'intention consacrée au dossier.

L'objectif est clair: quadrupler le nombre de visiteurs et faire venir des plaisanciers, quasi absents ajourd'hui.

Pour cela, il sera procédé à la restauration des charpentes métalliques des 4 ascenseurs à bateaux (le 2, 3, et 4 cette année). L'accessiblilité du site sera amélioriée avec l'aménagement d'un parking au niveau de l'ascenseur 3, des arbres seront replantés pour embellir le site, des appontements seront construits et des circuits de visite sur les ascenceurs verront également le jour.

5 millions d'euros sont budgétisés pour 2017, 14 300 000 sur 10 ans. De quoi faire des ascenseurs une attraction touristique rentable?