TOURNAI

Des archives judiciaires à portée de main dans l’ex-gendarmerie de Tournai

Des archives judiciaires à portée de main dans l’ex-gendarmerie de Tournai

C’est à l’arrière de l’ancienne gendarmerie qu’ont été stockées «temporairement» les archives… EdA — 301650665599

Des archives provenant du palais de justice de Tournai sont censées être protégées dans l’ex-gendarmerie qui tombe en ruine…

Cela fait une bonne douzaine d’années que l’ancienne gendarmerie de la rue de la Citadelle a été désertée, depuis que la réforme de la police ait poussé les pandores à migrer vers d’autres commissariats.

Depuis, le bâtiment vivote plutôt mal que bien. Et c’est pourtant sur ce site que s’entassent depuis de nombreuses années des archives venant du palais de Justice de Tournai. Une situation qui inquiète le bourgmestre ff de Tournai, Paul-Olivier Delannois, qui a posé la question au ministre de la Justice, Koen Geens, de savoir si tout cela est bien normal.

«En mai 2005, répond le ministre, le SPF Emploi, Travail et Concertation sociale a posé les scellés sur les locaux d’archives situés dans les greniers du palais de justice de Tournai, menaçant de faire de même pour l’ensemble du palais si les archives n’étaient pas évacuées.

C’est dans ce contexte d’urgence et compte tenu du risque d’incendie lié à la charge calorifique des archives situées dans les combles du palais de justice de Tournai que ces dernières ont été évacuées et placées temporairement dans des containers loués à cet effet puis déménagées vers l’annexe de l’ex-gendarmerie située dans la cour de cette dernière. Cette annexe a été mise à notre disposition par la Régie des bâtiments qui en est propriétaire.

Le SPF Justice a équipé, fin 2005 début 2006, le bâtiment avec des rayonnages afin de pouvoir y stocker des archives, tandis que la Régie des bâtiments s’est chargée d’installer une détection anti-intrusion. Le bâtiment est équipé d’un système de détection d’intrusion dont les alarmes sont transmises à une société de gardiennage. Les locaux ou` sont stockés les archives sont donc sécurisés, même s’il est vrai que l’installation électrique générale du site de l’ex-gendarmerie doit être revue et sécurisée.

Mes services ont contacté la Régie des bâtiments afin de l’inviter à remettre l’installation électrique à jour ou de mettre d’autres locaux à notre disposition pour y stocker les archives puisqu’il n’est pas possible ni envisageable qu’elles réintègrent le palais. En effet, ces archives sont dans une grosse majorité´ des archives semi- statiques qui doivent faire l’objet d’un tri avant le transfert vers les Archives de l’État.»

Utiliser le terme «temporairement» pour une situation qui ne cesse de se dégrader depuis de nombreuses décennies, il fallait oser…


Nos dernières videos