ÉCONOMIE

Des entreprises américaines mettent la pression sur le gouvernement belge

Des entreprises américaines mettent la pression sur le gouvernement belge

BELGA/HERWIG VERGULT

«La patience des entreprises américaines envers le gouvernement belge n’est pas infinie» a indiqué ce mardi la Chambre de commerce américaine en Belgique.

Une décision doit être prise en matière d’impôt des sociétés, a insisté la Chambre de commerce américaine en Belgique (AmCham) mardi lors ses vœux de Nouvel An. «Nous devons décider rapidement», a répondu le ministre des Finances Johan Van Overtveldt (N-VA).

Ce n’est pas la première fois que l’AmCham appelle à une réduction de l’impôt des sociétés en Belgique. Les entreprises américaines sont favorables à un taux fixé à 20%, avec maintien des intérêts notionnels. «Nous avons encore de la patience, mais elle n’est pas infinie», a indiqué le CEO Marcel Claes. «Il doit y avoir de la clarté d’ici l’été.»

La promesse du président élu des États-Unis Donald Trump de diminuer l’impôt des sociétés de 35 à 15% met une pression supplémentaire, ajoute l’AmCham. Des investissements en Belgique pourraient être retardés en attendant de la clarté sur les régimes fiscaux belge et américain.

Le ministre Van Overtveldt a assuré qu’une réforme de la fiscalité des entreprises était une des priorités du gouvernement. «Nous devons décider rapidement d’une réforme de la taxation des entreprises», a-t-il répondu.