CORROY-LE-GRAND

«La cabane de l’Artis’Anne»

«La cabane de l’Artis’Anne»

ÉdA

Anne Majerus a un parcours particulier puisqu’elle est passée d’un poste de responsable marketing dans une multinationale américaine à un travail avec des outils, une tronçonneuse, une scie. Devenue artiste, elle travaille le bois de ses mains et vit de ses créations.

Originaire de Limal, Anne Majerus habite maintenant avec sa famille à Corroy-le-Grand. Elle menait une vie de femme d’affaires jusqu’en 2010: «Je travaillais comme responsable marketing pour une multinationale près de Bruxelles. Mes enfants dormaient quand je partais le matin, je revenais tard le soir». Une vie avec laquelle elle a décidé de rompre: «J’ai toujours eu la passion de la nature, des arbres. J’ai décidé d’apprendre à manier les outils. Je suis allée chez des artisans, sculpteurs, artistes. Ils m’ont appris à manier les outils. Je suis autodidacte». Aujourd’hui, elle travaille le bois dans son atelier: «J’ai changé de vie, c’est différent, c’est meilleur. Je vais chercher mes enfants à l’école à l’heure. Je crée quelque chose de mes mains. C’est gratifiant, c’est du concret. Je m’enferme dans mon atelier pour faire ce qui me passe par la tête avec le bout de bois qui m’inspire». Elle trouve la matière première lors de promenades, chez les élagueurs: «Je récupère même les vieilles planches. Je réalise des sculptures et des assemblages. Les gens qui consultent plusieurs de mes œuvres me demandent si elles sont toutes de moi. Je n’ai pas vraiment de style. J’aime jouer sur les contrastes de la nature. Elle regorge de richesses». Elle expose régulièrement: «Dans les salons plus artistiques durant l’année, je fais les marchés artisanaux en fin d’année avec mes petites réalisations de «La cabane de l’Arstis’Anne».