Prix des cartouches d’encre: sommes-nous plumés ouvertement?

Prix des cartouches d’encre: sommes-nous plumés ouvertement?

Les bénéfices pour les constructeurs sont avant tout générés par les consommables et les cartouches, alors que les imprimantes sont écoulées à prix quasi coûtant. Maksym Yemelyanov - Fotolia

Comparer les prix des cartouches dans les rayons de nos magasins réserve d’étonnantes surprises.

Le prix de l’encre bleue est-il différent du prix de l’encre jaune?

Surréaliste de prime abord, cette question prend tout son sens une fois une fois que l’on ose comparer les coûts des cartouches d’imprimante.

Notre méthode: dans cinq enseignes de la région liégeoise, nous avons relevé les prix de trois ensembles de quatre cartouches pour imprimantes HP, Canon et Epson.

Nous n’avons pas été déçu. Sur le terrain, dans nos magasins, les constats sont étonnants.

Des variations tarifaires incompréhensibles aux solutions pour réduire la facture, nous tirons trois enseignements sous le tableau comparatif.

Couleur différente, prix différent

18,99€ pour la cartouche bleue contre 15,99€ pour la jaune et 15,99€ pour la magenta: est-ce bien normal?

Contre toute logique commerciale, certaines enseignes surfacturent certaines couleurs.

C’est d’autant plus étonnant que les prix recommandés par les fabricants confirment qu’il existe un prix unique pour chacune des trois couleurs principales (cyan/bleu, yellow/jaune, magenta).

Au sein d’une même marque, d’une même famille de cartouches, «ce n’est pas normal que les prix diffèrent», confirme Christine Huygens, du magasin Les Encriers du centre de Liège.

«Par contre, ce n’est pas illogique que les coûts varient d’un fabricant à l’autre, car ils n’utilisent pas du tout les mêmes qualités d’encre.»

La cartouche noire, de son côté, est dans une situation particulière.

Elle sera très régulièrement plus chère par défaut, sur décision du fabricant. «Car c’est celle que nous utilisons le plus», analyse Christine Huygens.

Les bienfaits de la comparaison

Comparer les prix des cartouches dans différentes enseignes est susceptible de protéger votre portefeuille.

À l’occasion, dans des proportions gigantesques!

Exemple extrait de notre tableau comparatif: la cartouche noire HP 932XL black (noir) vous coûtera 25,99€ au MediaMarkt d’Herstal, 29,99€ à cinquante mètres au Carrefour d’Herstal. Et carrément 39,99€ à la FNAC du centre de Liège.

Le petit jeu du comparatif nous démontre également que les cartouches HP sont écoulées bien au-delà des prix recommandés sur le site du géant américain de l’impression.

Exemple: le prix recommandé de la cartouche HP 933XL cyan (bleu) est de 13,35€ sur le site officiel, contre 18,99€ dans les rayons de la FNAC liégeoise et des MediaMarkt d’Herstal et de Médiacité.

Globalement, la FNAC de la rue Joffre est la championne des prix gonflés aux hormones de croissance.

La tentation du produit blanc

Les cartouches, c’est la clé de voûte du marché des imprimantes.

Vendre une imprimante à prix coûtant, ou presque, vise avant tout à vous faire acheter des cartouches coûteuses tout au long de son cycle de vie.

«La plupart des fabricants fonctionnent avec des cartouches normales et des cartouches XL», explique Christine Huygens (Les Encriers).

«Quand vous achetez une imprimante, vous recevez des cartouches normales, qui seront directement sollicitées pour encrer le système et la mécanique.»

Conséquence directe, il n’est pas rare d’acheter une imprimante d’entrée de gamme à 50€ et de devoir très rapidement investir dans de nouvelles cartouches… contre une cinquantaine d’euros.

C’est dans ce contexte financier délicat que les cartouches type produit blanc tentent de tirer leur épingle du jeu.

Pour les cartouches qui abritent la tête d’impression dans leur coque, la seule solution légale est le recyclage des anciennes cartouches officielles, pour des questions de respect des brevets.

Dans ces cas de figure, l’économie est moins importante qu’en cas de cartouche copiée de A à Z.

Les plus téméraires opteront pour les kits parfois hasardeux qui permettent d’injecter de l’encre dans une cartouche via une seringue.

Et l’imprimante sans cartouche?

Toujours bien présent sur le marché de l’imprimante à jet d’encre classique, Epson s’est lancé tête baissée dans la niche de l’imprimante sans cartouche.

Sur les modèles de la gamme EcoTank, des réservoirs d’encre remplacent les bonnes vieilles cartouches.

«Cela permet de réduire les coûts d’impression de 74% en moyenne», argumente le constructeur japonais.

«Vous pouvez imprimer jusqu’à 11 000 pages et ensuite acheter de nouvelles bouteilles d’encre à un prix abordable.»

Prix: 10,49€ pour chacune des quatre bouteilles d’encore, censées assurer l’impression de 7 500 pages pour les trois couleurs, 4 500 pages pour le noir.

Prix des cartouches d’encre: sommes-nous plumés ouvertement?
La gamme EcoTank d’Epson remplace les cartouches par des réservoirs d’encre. Epson

Revers de la médaille, une imprimante Eco-Tank est coûteuse à l’achat (239€ pour l’Epson Eco-ank ET-2550) et pas spécialement douée pour l’impression de photographies.