AUTO

Verglas et neige: quelques conseils pour bien réagir

Verglas et neige: quelques conseils pour bien réagir

La route devient glissante dès les premiers flocons. Reporters (Illustration)

Rouler sur le verglas est plus risqué encore que sur la neige, où les pneus adhèrent mieux et sont freinés par la poudreuse. Huit conseils à suivre pour éviter les pièges. Et bonne route, comme dirait l’autre.

Ça patine

La chaussée est verglacée ce matin. Il va falloir avoir le «pied léger» sur l’accélérateur, même si vous êtes équipé de pneus hiver. Au démarrage, partez en seconde vitesse au besoin, en faisant patiner un peu l’embrayage, et accélérez progressivement. Si votre voiture est équipée d’un système antipatinage, il est – paradoxalement – utile… de le débrancher, pour ne pas rester bloqué sur place par une électronique affolée.

En douceur

Testez au départ l’adhérence de la chaussée en freinant un coup sec. Mais en route, évitez les gestes brusques sur le volant et tous les à-coups, à l’accélération comme au freinage.

Sur la neige, la distance de freinage est doublée: 32 m à 50 km/h, en pneus hiver (en pneus été, c’est deux fois plus encore).

La distance de freinage est même quadruplée si la route est verglacée: 64 m à 50 km/h. Augmentez donc les distances avec le véhicule qui vous précède: 45 m sont conseillés à 40 km/h.

La route monte

La route monte. Pour éviter autant que possible que les roues patinent en côte, enclenchez une vitesse supérieure à celle que vous auriez utilisée d’habitude (3e à la place de 2e, par exemple). Tâchez de conserver une vitesse constante et veillez à ne pas devoir vous arrêter dans la côte. Pour cela, gardez vos distances et regardez au loin, pour anticiper les erreurs d’autres conducteurs ou l’embarras d’un camion.

Un virage approche

Anticipez pour ne pas devoir freiner. Rétrogradez pour réduire votre vitesse et abordez le virage en douceur avec une trajectoire la plus propre possible, la meilleure étant d’aborder tardivement l’intérieur du virage pour ne pas sortir trop large, sur l’extérieur de la route, et mettre en danger quelqu’un en face. Une astuce simple pour rouler sur le verglas est d’essayer de repérer les endroits où la route brille, et de les éviter si possible. Pour éviter les surprises, mieux vaut ne pas rouler derrière un poids lourd, en l’absence de visibilité.

Sortie d’autoroute

La bonne trajectoire est encore plus essentielle en entrée ou en sortie d’autoroute. Abordez la courbe lentement, sur sa partie la plus extérieure, car la courbe de virage sera moins cintrée. S’il neige, une fine couche vous ralentira un peu mais, vous, ne touchez pas aux freins. Utilisez plutôt le frein moteur. Ne prenez l’intérieur qu’en fin de courbe pour sortir droit et réaccélérez doucement. En vous réinsérant dans le trafic, évitez d’obliger les autres conducteurs à freiner.

Rond-point en vue

Dans un rond-point, deux options. Pas de trafic quand vous l’abordez: prenez la trajectoire la plus droite possible. Évitez les mouvements trop brusques du volant. S’il y a de la circulation, prenez le temps pour vous engager afin de ne pas couper la route aux autres conducteurs. Dans la courbe, si votre voiture est une propulsion et que vos roues arrière partent en dérive, contre-braquez doucement avec le volant, en accélérant au besoin. Si la voiture est une traction et que vous partez en sous-virage, relâchez simplement l’accélérateur et débrayez, sans freiner. Quand la voiture part en toupie: débrayez et freinez (c’est le seul cas), en attendant que ça s’arrête.

La route descend

N’abordez jamais trop vite un sommet masqué pour ne pas être surpris par une pente trop raide derrière ou un véhicule lent. Rétrogradez anticipativement sur le frein moteur et abordez la descente en enclenchant une vitesse en dessous de celle que vous auriez utilisée d’habitude (2er au lieu de 3e par exemple). En 1re vitesse même, si cela glisse très fort. Si votre voiture est équipée d’une boîte automatique, passez en mode manuel pour garder la maîtrise des rapports et du frein moteur.

Ralentissement brusque

Les feux stop s’allument devant vous. Vous êtes obligé de freiner. Pas de panique. Les voitures actuelles sont toutes équipées de l’ABS. Oubliez donc le bon vieux conseil de «pomper» et enfoncez à fond la pédale de frein en maintenant la pression, malgré les à-coups du système qui cherche à éviter «l’effet traîneau». Maintenez à l’esprit qu’ABS et ESP permettent aussi de conserver la maîtrise de la trajectoire. Ne gardez surtout pas les yeux sur l’obstacle et visez l’échappatoire, sans geste brusque sur le volant. Le regard va vous guider. Aux premières tombées de neige, entraînez-vous sur un parking pour retrouver les bons réflexes.