SOCIÉTÉ

Suicide des agriculteurs: la vidéo qui secoue

Suicide des agriculteurs: la vidéo qui secoue

Une vidéo sur une question taboue: le taux de suicide très important chez les agriculteurs. -

Réalisée par de jeunes agriculteurs français, une vidéo choc évoque le suicide des agriculteurs. Un message qui doit aussi parler dans les fermes wallonnes.

La vidéo dénote sans doute un certain amateurisme dans sa réalisation. Mais elle prend aux tripes c’est certain.

Réalisée par les jeunes agriculteurs de Wassy Saint-Dizier, dans la Haut-Marne, elle vise à sensibiliser à la problématique du suicide chez les exploitants agricoles. «Un sujet d’actualité et tabou», comme le rapporte l’Union Ardennais.

Durant les six minutes du film, on suit le destin de Vincent, un jeune agriculteur amoureux du métier qui passe des moments heureux d’une enfance à la ferme, de la reprise de l’exploitation, à la crise du lait jusqu’à l’épilogue tragique.

Wallonie: pas de statistiques mais des alertes chaque mois

En France, selon les sources, 400 à 600 agriculteurs se suicident chaque année, soit trois fois plus que dans les autres catégories de la population.

Les raisons sont liées à des problèmes financiers mais aussi à une pression administrative sans cesse accrue.

En Belgique – et donc en Wallonie -, il n’existe aucune statistique sur le suicide dans les fermes. Mais il n’en est évidemment pas absent.

Le ministre wallon de l’agriculture, René Collin, a d’ailleurs plusieurs fois fait part de sa préoccupation par rapport à ce phénomène.

«Une à deux fois par mois, on reçoit des appels d’agriculteurs qui sont au bord du gouffre», dit Brigitte Huet, coordinatrice du Groupe de soutien de l’Union des Agricultrices Wallonnes (UAW).

Ce groupe composé d’une quinzaine d’agricultrices bénévoles se rend chez les agriculteurs qui en font la demande afin de les soutenir les agriculteurs moralement et/ou dans leurs tâches administratives pour lesquelles ils sont débordés.

Ceux qui le souhaitent sont alors orientés vers Agricall, une structure qui peut les accompagner pour trouver des solutions à leurs «difficultés d’ordre économique, financière, technique, juridique, psychologique ou social dans la gestion de sa ferme».

Récemment, Agricall a développé un nouveau service – Finagri – qui a pour objectif de travailler de manière préventive sur les problématiques financières auxquelles sont confrontés les exploitants agricoles.

S’il ne faut certainement pas minimiser le mal-être qui existe chez les fermiers wallons, le taux de suicide n’est sans doute pas aussi important qu’en France, estime Brigitte Huet: «La configuration géographique de la Wallonie fait que, au contraire de la France, les agriculteurs sont moins isolés. Il y a toujours quelqu’un qui passe et qui peut donner l’alerte. »

Ce qui ne veut évidemment pas dire que le suicide est anecdotique dans les fermes wallonnes. Car généralement ceux qui passent à l’acte ne disent rien et ne laissent souvent même rien transparaître avant, note la coordinatrice du Groupe de soutien.

Même si elle évoque la situation de nos voisins français, la vidéo des jeunes agriculteurs de la Haute-Marne peut dès lors certainement être utile pour servir d’électrochoc à ces agriculteurs afin qu’ils puissent appeler à l’aide avant de tragiquement basculer…