MARCINELLE

Gardien de l’histoire carolo

Gardien de l’histoire carolo

ÉdA

Féru d’histoire et fervent défenseur de Charleroi, Jean-Louis Delaet nourrit une véritable passion pour l’essor industriel carolorégien. Historien, archiviste, écrivain, directeur du Bois du Cazier… Plusieurs casquettes, un seul objectif: le devoir de mémoire et la transmission du savoir.

Le Pays noir, c’est toute une histoire… Une histoire d’histoire bien sûr, mais aussi une histoire de valeurs, de labeur, de douleurs, de gloire et de revers… Une grande aventure humaine dont un homme porte fièrement l’étendard. Cet homme, c’est Jean-Louis Delaet. Carolo pure souche, il s’est plongé tôt dans les arcanes de l’Histoire carolo. «C’est un éminent professeur d’histoire, aussi directeur de musée, qui m’a transmis sa passion. Fils d’ouvrier, enfant des golden sixties, je crois en l’importance de la formation et de la transmission du savoir. Je me destinais d’ailleurs à l’enseignement. Mais après un master en histoire à l’ULB, en travaillant ma thèse sur l’essor industriel de Charleroi, de belles rencontres m’ont donné l’opportunité de me lancer dans un travail titanesque: la création, à partir de rien, d’un service d’archives à la Ville ». Archiviste, conservateur du musée de l’Industrie, conseiller culturel, écrivain, il devient directeur du Bois Cazier dès sa création. Il met en scène, au travers de ce site exceptionnel qu’il a mené, avec trois autres, à être classé Patrimoine mondial de l’UNESCO, l’épopée industrielle du Pays noir. «Le Bois du Cazier, ce ne sont pas des pierres, ce sont des hommes. Nous portons de nombreux projets pour le site: un film, l’accessibilité des terrils, de nouvelles attractions… Et du 16 au 18 décembre: notre traditionnel marché de Noël! » Une belle occasion de (re)découvrir le Bois du Cazier!