SERAING

Le haut-fourneau 6 dans le rétro: «Un jour, il sera coupé en morceaux»

Alors que la démolition du haut-fourneau 6 est programmée pour cet après-midi, 15h, coup d'oeil dans le rétroviseur. De son inauguration en 1959 à sa fermeture en 2005.

 

Avril 1959: la naissance d'un colosse aux pieds d'acier

Près de 60 ans que la haut-fourneau numéro 6 appartient au paysage sérésien. À son inauguration en avril 1959, il était l'un des, sinon le, plus important haut-fourneau d'Europe. Et le premier, en Belgique, à fonctionner à contre-pression. À titre indicatif, ce colosse aux pieds d'acier a produit jusqu'à 4000 tonnes de fonte par jour.  

Dès 2003, le début de la fin

En 2003 déjà, les premières annonces de sa fermeture s'ébruitaient. C'est finalement le 25 avril 2005 qu'eut lieu la dernière coulée. Avant une reprise de courte durée en 2008. Dans un autre document d'archive, fourni par la Sonuma et disponible en tête d'article, nous suivons les derniers jours de travail au HF6 de deux travailleurs: Richard, premier fondeur. Et Jean-Luc, responsable de réseaux. 

Pour Richard, il n'était pas difficile d'imaginer la disparition du haut-fourneau du paysage sérésien. "Oui, j'imagine que tout va disparaître!", confiait-il à l'époque. "Il va rester quelques années à l'arrêt. Et un jour, il sera coupé en morceaux." À l'instar de son collègue Jean-Luc, Richard a travaillé au sein du haut-fourneau numéro 6 jusqu'à "la dernière goutte de fonte."

Pour Jean-Luc, la plus grande appréhension était alors de revivre un "deuxième HF6". De se retrouver au chômage après avoir été muté au haut-fourneau d'Ougrée. Ce responsable de réseaux, entré à Cockerill alors qu'il n'avait que 17 ans, insiste: "Vous savez, si les sidérurgistes ont un caractère d'acier, ils ont aussi un coeur de velours."