Alep: l’ONU accuse les forces syriennes d’avoir tué au moins 82 civils dont des femmes et des enfants

Son secrétaire général s’en était alarmé dès lundi soir. Cette fois, l’Organisation des Nations Unies n’a plus de doutes: les troupes de Bachar el-Assad ont tué de nombreux civils lors de la prise d’Alep aux rebelles.

Dès lundi, il était question d’«atrocités» commises sur des civils à Alep. Ban Ki-moon s’en était inquiété.

Ce mardi, l’ONU affirme que les forces syriennes pro-gouvernementales ont tué au moins 82 civils, dont des femmes et des enfants, dans des quartiers d’Alep-Est qu’elles ont repris aux rebelles.

Lors d’une conférence de presse à Genève, le porte-parole du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme, Rupert Colville, a indiqué que ces victimes, parmi lesquelles figuraient 11 femmes et 13 enfants, avaient été tuées «probablement au cours des dernières 48 heures» dans quatre différents quartiers d’Alep, la ville martyre du nord de la Syrie que le régime de Damas est sur le point de ravir aux rebelles.

«Nous avons été informés que des forces pro-gouvernementales ont pénétré dans des habitations et tué les civils qui s’y trouvaient, y compris les femmes et les enfants», a-t-il dit.

«En tout, hier soir, nous avons reçu des informations indiquant que des forces pro-gouvernementales avaient tué au moins 82 civils, dont 11 femmes et 13 enfants, dans les quartiers de Boustane al-Qasr, Ferdous, Kallasé et Salhine», a-t-il ajouté, citant de «multiples sources dignes de foi».

Rupert Colville a indiqué notamment que selon des informations de plusieurs sources, «des dizaines de civils ont été abattus par balles lundi sur la place al-Ahrar dans le quartier de Kallasé et aussi dans le quartier de Boustane al-Qasr, par les forces gouvernementales et leurs alliés, dont apparemment le groupe armé irakien al-Nujabaa».