JODY BAU (CANDIDAT 7/8)

Wazzou, la première plateforme en ligne qui a conquis plus de 8 000 élèves primaires!

Lancée le 1er septembre 2015, Wazzou, une plateforme d’apprentissage numérique destinée à l’enseignement fondamental, compte plus de 8 000 élèves-utilisateurs à Bruxelles et en Wallonie. Reportage dans la classe de deuxième primaire de Valérie Conrad, enseignante à l’École-Vie de Bierges.

Chaque semaine pendant deux mois, un étudiant en journalisme sélectionné pour le concours de la Belgodyssée propose un reportage sur le thème des nouvelles méthodes d’apprentissage. Cette semaine: Jody Bau.

Wazzou, la première plateforme en ligne qui a conquis plus de 8 000 élèves primaires!
Voici un exemple d’avatar sur la plateforme Wazzou ÉdA – Jody Bau
Ardoises et marqueurs indélébiles à la main, les petits écoliers de l’École-Vie de Bierges se concentrent sur leurs règles d’orthographe. «La jupe, au pluriel, ça devient les…?» demande Madame Valérie. Leur réponse écrite et vérifiée par leur institutrice, l’ardoise se range à toute hâte. Ils connaissent la suite. «Alors, les copains, ça vous dirait d’aller sur notre île?», les enfants laissent exploser leur joie. Leur île, c’est Wazzou.

S’exercer, s’exercer, s’exercer!

Wazzou est une plateforme d’apprentissage numérique développée par les Éditions VAN IN. À l’intérieur de cette plateforme, 6 îles, une pour chaque année scolaire. Sur son île, l’élève retrouve son avatar. Plus il réalise des exercices prévus par l’institutrice, plus il gagnera une monnaie locale appelée PingPing. Avec celle-ci, il pourra personnaliser son avatar ou l’échanger contre des minutes de jeux pédagogiques.

Wazzou, la première plateforme en ligne qui a conquis plus de 8 000 élèves primaires!
Philippe Landroux, responsable de projet ÉdA – Jody Bau
L’exercisation est donc au centre de cette plateforme, comme le souligne Philippe Landroux, responsable de projet: «À l’heure actuelle, on a une difficulté dans l’enseignement: celle d’avoir du temps pour faire de l’exercisation. On enseigne à l’école primaire, une série de notions importantes mais on sait que les enfants ont besoin de beaucoup répéter. Avec l’exercice papier, il y a une grosse charge de travail pour la correction. L’avantage d’une plateforme comme Wazzou, c’est que vous pouvez proposer un nombre presque illimité d’exercices, l’élève les fait à son rythme et ils sont corrigés automatiquement. L’enseignant peut se permettre de faire faire 200, 300, 400 exercices à tous ses élèves sans qu’il y ait la moindre crainte du temps de correction.»

Wazzou, la première plateforme en ligne qui a conquis plus de 8 000 élèves primaires!
Valérie Conrad, institutrice à l’École-Vie de Bierges ÉdA – Jody Bau
Dès le lancement dans sa classe, Valérie Conrad a été très étonnée du nombre d’exercices réalisés par les enfants à partir de leur domicile. Mais pourquoi un tel engouement pour une plateforme en ligne? Quand on lui demande ce qu’il préfère entre le papier et Wazzou, Tim, 8 ans, nous répond simplement: «Sur un papier, ce n’est pas si chouette, parce que tu dois écrire et là, c’est mieux parce que tu es sur un ordinateur». Pour l’institutrice, il est évident que l’ordinateur a un impact dans leur motivation.

«La différenciation, plus que jamais, prend tout son sens!»

L’autre principal point fort de cette plateforme, c’est la différenciation qui permet un meilleur suivi de chaque élève. Pour Valérie Conrad, il a été facile de changer sa méthode de travail pour faciliter la différenciation. «En fait, moi, ce que je fais, c’est que chaque fois qu’on va sur l’île, ils ont une tache avec des exercices totalement différents: maths, français et même du néerlandais. Après, j’analyse un peu les résultats par exercice. Je vois là où je dois réajuster. Soit je réajuste dans mes cours. Soit, je rajoute des nouvelles taches à certains enfants pour qu’ils puissent se rattraper sur certains exercices pour lesquels ils ont des difficultés. C’est ça qui est chouette aussi, je ne dois pas redonner tout à tout le monde, tout le temps. Je peux varier.» Écoutez l’avis de la Ministre de l’Éducation, Marie-Martine Schyns, à ce propos.

Wazzou, la première plateforme en ligne qui a conquis plus de 8 000 élèves primaires!
Manuel de Vivar, psycho-pédagogue ÉdA – Jody Bau
Pour le psycho-pédagogue, Manuel de Vivar, la différenciation est au cœur de l’actualité. De son point de vue, dans une classe, il existe plusieurs niveaux de compétence ou de connaissance. «Prenons l’exemple d’enfants allochtones. Vous pouvez avoir dans certaines classes, 15 nationalités différentes avec, d’un enfant à l’autre, une maîtrise de la langue très variable. La difficulté pour l’enseignant est de parvenir à faire en sorte que chaque enfant puisse progresser à son rythme. Il est illusoire de penser qu’en ne donnant qu’un seul de type de leçon, qu’une seule approche, cela permettrait à tous les élèves de la classe de progresser. Non, il faut varier les approches et les supports. La différenciation, plus que jamais, prend tout son sens. Donc, oui, ces outils sont précieux et utiles pour l’enseignant.»

 

3 questions à Marie-Martine Schyns

Un constat: 80%, des écoles en Flandre utilisent cette plateforme depuis 4 ans, nous, depuis seulement une grosse année, comment expliquer ce retard numérique dans l’enseignement?

La question du numérique dans l’enseignement est centrale dans le Pacte pour un Enseignement d’Excellence. Eduquer par le numérique, c’est faire en sorte que nos élèves maîtrisent les outils numériques mais c’est aussi éduquer au numérique en développant un esprit critique. Wazzou est bien conçue graphiquement, ludique, bien adaptée aux élèves et permet la différenciation et l’individualisation. C’est un outil qu’on peut encourager mais le fait qu’elle soit payante a peut-être freiné certaines écoles.

 

Pourtant, il existe une enveloppe du gouvernement pour l’achat d’outils pédagogiques?

Tout à fait. L’enveloppe, auparavant dédicacée à l’achat de manuels et logiciels scolaires, permet aujourd’hui, de rentrer ce type de frais. Maintenant, cet élargissement est assez récent, c’est peut-être une piste pour que ce type de plateforme soit plus utilisé.

Pourrait-on voir une plateforme faite par la Fédération Wallonie-Bruxelles?

Aujourd’hui, dans le cadre du Pacte, un comité scientifique regroupe différentes hautes écoles et universités. Une des commandes prévues envers celles-ci, c’est qu’elles puissent réfléchir et tester des outils numériques aidant aux apprentissages et à la différenciation, ce que fait Wazzou. Maintenant, je ne peux pas préjuger du travail qui va pouvoir être fait par ces experts. Mais j’ai, en tout cas, bon espoir qu’on arrive à cette mutualisation des ressources qui existe en Fédération Wallonie-Bruxelles.

 

 

Chaque semaine pendant deux mois, un étudiant en journalisme sélectionné pour le concours de la Belgodyssée (organisé par le Fonds Prince Philippe en collaboration avec la RTBF et la VRT) propose un reportage sur les nouvelles méthodes d’apprentissage. Jody Bau a choisi d’évoquer l’apprentissage via la plateforme numérique Wazzou. Elle a fait équipe avec la candidate néerlandophone Roxane Dupont. N’hésitez pas à laisser vos commentaires sur son reportage.

 

PORTRAIT

Jody Bau, Fleurus

Wazzou, la première plateforme en ligne qui a conquis plus de 8 000 élèves primaires!
©Emanuel Crooÿ
Maximum 500 caractères pour se présenter, c’est peu mais je vais tenter de relever le défi. 25 ans, fraîchement diplômée de l’École de Journalisme de Louvain (Coucou à vous, chers professeur(e)s!). J’ai des hobbies assez bateaux donc, passons. La seule chose que je peux ajouter, c’est que j’ai ce métier dans la peau. Avec Roxane Dupont, nous nous sommes intéressées aux outils facilitant l’apprentissage. J’espère que ça vous plaira tout autant que moi en écrivant ces reportages. Et voilààà: 500.

 

 

 

Les reportages radio des candidats de la Belgodyssée, c’est chaque samedi sur VivaCité, dans l’émission «Grandeur nature» d’Adrien Joveneau, de 16 h à 18 h.