RADIO

La RTBF suspend Alain Simons après son dérapage sur VivaCité

La RTBF suspend Alain Simons après son dérapage sur VivaCité

Une enquête est ouverte après le dérapage d’Alain Simons. Jean-Yves Limet

Unia, l’ex-centre interfédéral pour l’Égalité des chances, a décidé d’ouvrir un dossier concernant certains propos tenus par Alain Simons à l’encontre de la communauté du voyage sur l’antenne de VivaCité Charleroi.

+ A LIRE AUSSI | Alain Simons dérape en direct : « Attention, des Gitans rôdent, fermez vos portes… »

Unia ouvre un dossier, le CSA une instruction

«Il est clair que les propos tenus par Alain Simons, personnalité publique, renforcent les stéréotypes émis à l’encontre de la communauté des gens du voyage», affirme Unia. «Et plus on renforce les stéréotypes, plus on se dirige vers de la discrimination».

Plusieurs médias rapportent que l’animateur de VivaCité Charleroi a informé ses auditeurs, mardi à 6h37, de «la présence de Gitans dans la région de Loverval, Gerpinnes, Somzée et les environs. […] Voilà faites attention, on ne sait jamais, fermez bien les portes. Si vous avez des trucs volables chez vous, faites attention».

«Nous avons décidé d’ouvrir un dossier par auto-saisine pour les propos tenus», explique Unia. «Nous allons, d’une part, analyser les propos au regard de la loi et, d’autre part, nous avons déjà pris contact avec la personne en charge de la diversité au sein de la RTBF.» Unia attend désormais la réaction de la hiérarchie du service public avant d’aller plus loin.

Incitation à la haine ?

Le CSA, lui, a décidé d’ouvrir une instruction pour une «possible incitation à la haine et à la discrimination d’une communauté», après avoir reçu une plainte. Elle concerne la RTBF, l’éditeur responsable. «Si, à l’issue de son analyse, le secrétariat d’instruction devait conclure qu’une infraction est constituée, il déposera un dossier d’instruction devant le Collège d’autorisation et de contrôle du CSA. Ce dernier prendra alors une décision finale, après avoir entendu les arguments de la RTBF», précise le communiqué du CSA, qui ajoute prendre acte de «la prise de distance immédiate de la direction de VivaCité». Son directeur général, Éric Gilson, a en effet estimé les propos tenus comme «contraires aux valeurs de la RTBF», indique La Libre Belgique.

L’intéressé a, lui, expliqué aux éditions Sudpresse, qu’il ne savait pas «que le mot ‘gitan’était raciste. Je suis étonné par les réactions qui ont suivi. […] C’était une info service que je ne considérais pas être raciste ou stigmatisante».

Une semaine de mise à pied

VivaCité n’a pas tardé à réagir et a suspendu l’animateur pour une semaine, annonce de son côté la RTBF. Dans un bref communiqué, la direction de la RTBF a annoncé qu'elle «désapprouve et condamne avec la plus grande fermeté les propos déshonorants et injurieux tenus mardi matin sur les antennes de VivaCité Charleroi par son animateur Alain Simons. Elle a décidé de suspendre Alain Simons de l'antenne jusqu'au 30 novembre inclus.»

Steve Delaunoy assurera l'intérim.

«Si la liberté d’expression constitue un droit fondamental pour les radios et leurs animateurs, celle-ci n’est pas sans limite. Parmi ces limites figure l’interdiction d’inciter à la haine et de tenir des propos discriminants envers une communauté», conclut le CSA dans son communiqué.