SOCIÉTÉ

«Je veux un smartphone»: des plaintes contre la pub de Proximus

«Je veux un smartphone»: des plaintes contre la pub de Proximus

Proximus n’a pas attendu l’avis du Jury d’éthique publicitaire. L’opérateur a décidé de ne plus diffuser la publicitépour le smartphone. BELGA

Une publicité radio de Proximus à l’approche de la Saint-Nicolas a choqué des auditeurs. Ils se sont plaints auprès du Jury d’éthique publicitaire. Proximus a décidé d’arrêter la diffusion.

«Cher Saint-Nicolas, si cette année tu m’offres encore un pull en laine, je te promets que je mettrai un cactus dans la cheminée. Je veux un smartphone.»

Cette publicité de l’opérateur Proximus est diffusée en radio. Et ne plaît visiblement pas à tous les auditeurs. Ils sont plusieurs à avoir réagi et condamné cette publicité sur les réseaux sociaux ces derniers jours.

Comme ce post Facebook, partagé près de 300 fois, «liké» plus de 2 900 fois et qui a fait l’objet de plus de 200 commentaires.

«Honteuse», «maladroite», «De mauvais goût»… À les lire, ce qui fâche les internautes dans la publicité, c’est à la fois le ton employé par l’enfant – qui exige un smartphone au lieu de le souhaiter – mais aussi l’idée qu’un (si) jeune enfant puisse demander un smartphone à Saint-Nicolas.

«Depuis quand fait-on des menaces à Saint-Nicolas?», s’indigne un internaute. «Dans cette société de consommation, ne fait-on déjà pas assez de nos enfants des “ enfants-rois ”», dit une autre. «On essaie d’inculquer des valeurs à nos enfants et ce genre de pub est tout l’inverse», s’émeut encore une internaute.

«30% des enfants vivent dans la pauvreté. Votre pub “ je ne veux pas un pull mais un smartphone ” choque», tweete un internaute, associant son commentaire au hashtag #Vivaforlife, l’opération de solidarité qui veut lutter contre la pauvreté infantile.

D’autres, par contre, invoquent le second degré et le «buzz réussi» par Proximus.

Des plaintes

Des plaintes ont été déposées au Jury d’éthique publicitaire (JEP) qui devrait se prononcer ce mardi sur le dossier. Il s’agira en effet d’estimer si la publicité présente des infractions avec des dispositions éthiques et/ou légales.

Qu’elle attaque certaines valeurs ou non, qu’elle soit «maladroite» ou non, cette publicité fait en tout cas parler d’elle.

Arrêt de la diffusion

Proximus a d’ailleurs répondu aux internautes indignés en affirmant être «navré» que cette pub ait pu choquer.

Contacté lundi, Proximus assure avoir voulu jouer sur l’humour. L’opérateur annonce avoir finalement pris la décision d’arrêter la diffusion de la publicité. Proximus indique toutefois que «la réalité, c’est qu’en Belgique, il est de plus en plus d’usage d’offrir un Smartphone à son enfant autour de l’âge de 12 ans. Ce genre de cadeau se fait à de grandes occasions, comme les fêtes de fin d’année. C’est cette habitude, proche de nos clients, que l’on a voulu mettre en avant dans nos spots radio. Aujourd’hui, 84% des 12 à 14 ans utilisent un smartphone. Et environ 20% des 7 à 11 ans.» Ajoutant que face à cette réalité, Proximus accordait beaucoup d’intérêt à la bonne utilisation des technologies par les enfants grâce à son programme «Safer Internet» qui sensibilise chaque année plus de 12 000 enfants.

Nos dernières videos