FRANCE

Sarkozy out, duel Fillon-Juppé: les 5 choses à retenir du 1er tour de la primaire à droite

Sarkozy out, duel Fillon-Juppé: les 5 choses à retenir du 1er  tour de la primaire à droite

Sarkozy s’en est allé, souhaitant «bonne chance à la France». AFP

Quelque 4 millions de Français se sont rendus aux urnes pour désigner les deux prétendants au poste de candidat du parti de droite Les Républicains. Surprise: Nicolas Sarkozy passe à la trappe et le grand gagnant de ce premier tour se nomme François Fillon.

Les résultats

Les sondages ont longtemps donné Nicolas Sarkozy et Alain Juppé favoris de ce scrutin ouvert à tous les Français majeurs contre paiement de 2 euros. Comme aux États-Unis où ils prédisaient la victoire de Hillary Clinton, ils se sont plantés. Si Juppé sera bien au 2e tour, il n’a obtenu que 28% des voix contre 44% pour François Fillon. On assistera donc dimanche prochain à un duel d’anciens Premiers ministres.

Longtemps donné battu au premier tour, François Fillon, 62 ans, avait réalisé une percée fulgurante dans les sondages ces derniers jours. Ce catholique, père de cinq enfants, porte un programme libéral sur le plan économique et conservateur sur les questions de société.

Sarkozy reconnaît sa défaite et s’en va

Sarkozy out, duel Fillon-Juppé: les 5 choses à retenir du 1er  tour de la primaire à droite
Sarkozy a annoncé son retrait de la scène politique. AFP
Sarkozy n’arrive donc qu’en 3e position avec un peu plus de 20%. Un camouflet pour l’ancien président (2007-2012) qui a pris la parole devant ses partisans vers 22h. «Bonne chance à la France, bonne chance à vous mes chers compatriotes, soyez certains que Français je suis, Français je reste et que tout ce qui de près ou de loin touche à la France, me touchera toujours personnellement», a-t-il déclaré, manifestement ému.

À 61 ans, il a annoncé qu’il quittait la politique: «Il est temps pour moi d’aborder une vie avec plus de passion privée et moins de passion publique», a-t-il dit, prenant acte de «la volonté des électeurs «de choisir pour l’avenir d’autres responsables politiques».

Fillon loue un «succès populaire» et vante son «projet précis et puissant»

Sarkozy out, duel Fillon-Juppé: les 5 choses à retenir du 1er  tour de la primaire à droite
L’austère Fillon peut avoir le sourire. AFP
«Il y a quatre ans, je m’étais battu pour instaurer cette élection ouverte à tous parce qu’il m’apparaissait naturel que tous les Français et toutes les Françaises puissent en toute liberté donner leur avis», a déclaré le grand gagnant du jour après l’officialisation de sa victoire au premier tour. «Depuis des mois et des mois, je trace mon sillon calmement, sérieusement, avec un projet précis et puissant», a souligné François Fillon. «L’espoir est là!», a-t-il poursuivi, évoquant son projet comme porteur «d’une nouvelle espérance». «Rien ne peut arrêter une nation qui se dresse pour sa fierté.»

Fillon a aussi eu un petit mot pour Sarkozy, dont il fut le Premier ministre. «La défaite ne doit humilier personne, parce que nous aurons besoin de tout le monde», a-t-il adressé à ces cinq concurrents battus lors de ce premier tour, en rendant hommage à Nicolas Sarkozy.

Juppé: «Un combat projet contre projet s’engage»

Sarkozy out, duel Fillon-Juppé: les 5 choses à retenir du 1er  tour de la primaire à droite
Juppé n’a pas eu un mot pour Sarkozy. AFP
«Je crois plus que jamais que le peuple de France a besoin de se rassembler pour tourner la page d’un quinquennat désastreux qui a abaissé notre pays et pour faire barrage au Front National qui nous entraînerait dans la pire des aventures», a dit Alain Juppé, qui n’a pas eu un mot pour son rival Nicolas Sarkozy, battu au premier tour de la primaire.

«C’est un combat projet contre projet qui s’engage, il commence demain, ce premier tour constitue une surprise, dimanche prochain si vous le voulez comme je le veux sera une autre surprise», a dit l’actuel maire de Bordeaux.

Les ralliements

Tout en appelant les Français à éviter les extrêmes, Sarkozy a annoncé qu’il voterait Fillon. «J’ai beaucoup d’estime pour Alain Juppé mais les choix politiques de François Fillon me sont plus proches», a-t-il expliqué en référence au programme libéral sur le plan économique et conservateur sur les questions sociales de son ancien chef de gouvernement.

Bruno Le Maire, qui arrive en 5e position de ce scrutin avec un peu plus de 2%, a également apporté son soutien à Fillon.

Juppé peut quant à lui compter sur le ralliement de Nathalie Kosciusko-Morizet (4e avec 2,5%). «Au deuxième tour, je soutiendrai Alain Juppé pour défendre mes idées», a-t-elle dit, avant de conclure: «Ce soir l’alternance est en marche. […] Un mouvement est né, que rien n’arrêtera. Merci à tous, et vive la nouvelle France!»