JUDO

Un quatrième titre national «pas très amusant» pour Frédérique Maertens

Un quatrième titre national «pas très amusant» pour Frédérique Maertens

Depuis 2013, Frédérique Maertens n’a plus perdu au National. EdA - Alan MARCHAL

Bien qu’elle ait réussi la passe de quatre au National, la Chaumontoise Frédérique Maertens aspire à autre chose.

Après 2013, 2014 et 2015, Frédérique Maertens (+78 kg) a remporté les championnats de Belgique seniors pour la 4e fois de sa carrière, ce samedi. Et pourtant, c’est une judoka un peu déçue qui est descendue du podium.

En effet, malgré son nouveau titre, la sociétaire du J.C. Chaumont-Gistoux, 26 ans, n’a pas pris beaucoup de plaisir sur les tatamis de Herstal. En cause, un manque flagrant d’opposition, comme ce fut déjà le cas au championnat régional.

«Ce que j’aime dans la compétition, c’est le dépassement de soi, explique-t-elle. Malheureusement, cette année, je n’ai pas rencontré une seule adversaire qui soit arrivée à me pousser dans mes retranchements. Tout a été un peu trop facile. Et ça, ce n’est pas très gai.»

À l’image de sa finale qu’elle a remportée en 15 secondes, la Luxembourgeoise d’origine n’a jamais été mise en difficulté, samedi dernier. C’est à peine si elle a dû attendre quelques secondes de plus avant d’immobiliser sa rivale en demi-finale. «Les autres années, c’était un peu plus serré car d’autres judokas parvenaient à me mettre en danger, poursuit la Chaumontoise qui se déplace jusqu’à Frameries pour s’entraîner plus intensivement. Mais ce n’est plus cas désormais et j’en viens à me demander si ça vaut encore la peine de se présenter aux championnats de Belgique. »

Loin de vouloir dénigrer la concurrence – «Je m’entends très bien avec les autres filles, mais on se connaît sans doute depuis trop longtemps que pour parvenir encore à se surprendre en tournoi» – Frédérique Maertens pourrait donc faire l’impasse sur le National 2017. «Je suis à un moment de ma carrière où je dois faire des choix. Je pourrais continuer à m’entraîner pour décrocher quelques titres mais battre des records ne m’intéresse pas. Et comme je n’ai pas assez de temps pour me consacrer totalement au judo et tenter ma chance au niveau supérieur, je me dis que le meilleur moyen de mettre à profit mes connaissances est de continuer de former les jeunes du club de Chaumont.» En attendant, deux ultimes rendez-vous attendent la championne de Belgique qui combattra ce mois-ci en interclubs avec l’équipe de Frameries.