SOCIÉTÉ

Pourquoi des activistes ont-ils repeint en vert fluo le ministère des affaires étrangères?

Pourquoi des activistes ont-ils repeint en vert fluo le ministère des affaires étrangères?

L’association Agir pour la Paix est en train de colorer ce midi en vert fluo le ministère des affaires étrangères. Ils estiment que notre pays se rend coupable de complicité à la préparation de crime de guerre. Rien de moins. -

Des militants pacifistes de la campagne Nuke-Free Zone ont coloré le ministère des Affaires étrangères en vert fluorescent, couleur symbolique de la radioactivité. Ils s’insurgent contre l’ampleur du danger que représentent les armes nucléaires. On vous explique pourquoi.

La Belgique «complice de préparation de crime de guerre»

L’association Agir pour la Paix est en train de colorer ce midi en vert fluo le ministère des affaires étrangères. Ils estiment que notre pays se rend coupable de complicité à la préparation de crime de guerre. Rien de moins. Ils réagissent à un vote intervenu la nuit dernière lors d’une assemblée générale de l’ONU. La Belgique s’est prononcée contre l’ouverture de négociations multilatérales en vue d’un Traité international d’interdiction des armes nucléaires lors d’un vote aux Nations Unies.

123 pays s’engagent contre le nucléaire mais pas nous

Or la commission de l’Assemblée générale de l’ONU a fait un pas historique vers un monde sans armes nucléaires. Elle a décidé la nuit dernière que des négociations seront organisées dès l’an prochain pour tenter de parvenir à un traité interdisant totalement les armes nucléaires. Cette résolution inédite mais non contraignante a été adoptée par 123 voix, 38 contre et 16 abstentions sur les 193 membres de l’Assemblée.

Mais la Belgique a voté contre. «Cette nuit, aux Nations-Unies, il était possible de mettre une réelle pression pour sortir du statut co nucléaire dans lequel nous sommes depuis 30 ans. Il s’agit d’un vrai outil démocratique international qui lance un processus pour interdire les armes nucléaires», souligne Jérôme Peraya, d’Agir pour la paix.

La Belgique et son secret de polichinelle

Il faut rappeler que notre pays, qui s’est toujours déclaré résolument pour un monde sans nucléaire, est dans une position délicate. Jérôme Peraya, , rappelle «ce triste secret de polichinelle»: la Belgique héberge «en transit», depuis plus de cinquante ans, une vingtaine de bombes nucléaires étasuniennes.

«L’achat prévu par l’État belge de 34 nouveaux chasseurs-bombardiers comportant toujours la capacité nucléaire confirme d’ailleurs son intention de conserver ces bombes, et de continuer à s’entraîner à les larguer», estime Jérôme Peraya. «Les Pays-Bas, qui sont dans la même situation que nous, ont eu, eux, le courage de s’abstenir aux Nations Unies. C’est un vote un peu plus progressiste.»

La menace n’est pas un fantasme ou une fiction

Un conflit régional entre l’Inde et le Pakistan, avec un tir de chaque côté de cinquante «simples» bombes de type «Hiroshima» (il en existe aujourd’hui qui sont 50 fois plus puissantes...) causerait la mort de 1 à 2 milliards de personnes pour cause de famine. Pourquoi? Parce qu’une explosion nucléaire dégage un «champignon» très haut dans l’atmosphère et empêche de la sorte le rayonnement solaire pendant des années. « Il ne s’agit pas d’un fantasme ou d’une fiction “ à la Armagedon ”. Le mois dernier, le Pakistan a menacé l’Inde de sortir l’arme nucléaire», souligne Jérôme Peraya.