FRANCE

Natacha Polony encense le refus wallon du CETA: «Paul Magnette président!»

Natacha Polony encense le refus wallon du CETA: «Paul Magnette président!»

ÉdA/Reporters

Natacha Polony, ex-chroniqueuse chez Laurent Ruquier, a encensé Paul Magnette dans une tribune publiée dans le Figaro. Le refus wallon de signer le CETA fait dire à la journaliste française «Paul Magnette président!».

«Malheureux citoyens français, connaissez-vous Paul Magnette?», interroge Natacha Polony. Au début de sa chronique, la journaliste détaille les fonctions du socialiste belge. Et déclame rapidement sa fascination pour le ministre-président wallon, qui incarne le refus wallon de signer le traité de libre-échange entre l’Europe et le Canada.

«À ceux qui l’accusaient de faire de son pays un paria, il a dit préférer “un isolement diplomatique à une coupure avec la société civile wallonne, dont des pans entiers (syndicats, ONG, agriculteurs…) s’opposent au traité” parce qu’il “sonne l’arrêt de mort de l’agriculture wallonne déjà en crise”», détaille Natacha Polony.

«

Un gouvernant qui se soucie de protéger l’agriculture et les services publics, il est vrai que c’est assez surprenant.

»

L’Europe des «hiérarques» est taclée. Tout comme les gouvernants français qui s’opposent au TTIP mais trouvent le CETA tout à fait acceptable.

«De partout, on entend les uns et les autres s’agacer que trois millions et demi de Wallons bloquent un traité qui concerne 500 millions d’Européens et qui est accepté par leurs représentants. Voilà qui nous prouve seulement que ces heureux Wallons sont les seuls à disposer encore de représentants qui les représentent vraiment, défendant leurs intérêts plutôt que les dogmes d’une oligarchie déterritorialisée et protégeant jalousement leur souveraineté, c’est-à-dire leur droit de décider de leur destin», écrit la journaliste.

Et de conclure sur une demande pour 2017, année de l’élection présidentielle en France. «Chers amis wallons, montrez-vous magnanimes envers des voisins nécessiteux. Prêtez-nous Paul Magnette pour 2017».

+ LIRE AUSSI | CETA: André Antoine déplore une «marmelade de textes»

+ OPINION | Un document qui va moins loin : le problème, c’est l’Europe