Né à Chassepierre, Francis Kimmes est resté au bord de la Semois en venant vivre à Herbeumont à 6 mois chez sa grand-mère.

Ses oncles travaillaient dans les ardoisières. «Je suis donc tombé dans le bain en y rentrant à 15 ans comme fendeur. J’y suis resté 12 ans jusqu’à la fermeture en 1976. Après, j’ai ouvert un café à Herbeumont: «L’Escaille», en honneur aux scailtons. Je l’ai tenu pendant un quart de siècle. Herbeumont était plus touristique. Les jeunes du village rencontraient les gens des campings. C’était le café où tout le monde se retrouvait avec beaucoup d’habitués. À sa fermeture, la Morépire avait réouvert. J’y suis devenu guide, conducteur du funiculaire et tenancier de la cafétéria. J’y suis toujours 16 ans après. Partager mes souvenirs, c’est un peu prolonger ma carrière. J’organise la mine gourmande quasi tous les dimanches. Nous descendons dans le fond pour déguster des plats régionaux. Herbeumont est un très beau village avec encore beaucoup d’activités. Il y a les ruines du château qui valent le détour. Et plein de promenades, dont «La voie des pierres qui parlent» ponctuée de panneaux didactiques, sur l’ancienne ligne de chemin de fer Bertrix-Herbeumont. C’est aussi une station trail avec plus de 1500 trailers qui viennent courir début juillet. Il y a des endroits superbes: moulin Willaime, Tombeau des Chevaliers, Rocher du Chat, roche au Corbeau… C’est un village agréable où il fait bon vivre. Il y a aussi la petite plage de l’Antrogne aménagée au lieu-dit «La Garenne» pour les touristes l’été…».

Nos dernières videos