CYCLISME

EDITO | Un Tour 2017 finalement très montagneux

EDITO | Un Tour 2017 finalement très montagneux

Le Tour 2017 comporte peut-être moins de cols que les années précédentes, mais... AFP

Le Tour de France 2017 sera assurément très montagneux. Mais il entretient un étrange paradoxe, puisqu’il comporte moins de cols que les années précédentes.

À VOIR AUSSI | Découvrez le parcours du Tour 2017 avec Liège et Verviers

Vingt-trois cols sont au menu en juillet prochain, soit cinq en moins que par rapport à l’an dernier. Mais on ne peut pas se baser uniquement sur des chiffres pour définir une tendance. Les cols proposés ici sont tout, sauf faciles. Et c’est cela qui nous fait écrire que ce Tour est montagneux à souhait. Des exemples? La Planche des Belles Filles propose des pentes à 20%, le Grand Colombier est, par moments, à 22%, le Mont du Chat à 15%, Peyragudes à 16%, Peguère à 18%... Il y a aussi cette neuvième étape entre Nantua et Chambéry, qu’on qualifiera de reine, avec un dénivelé total de 4600 mètres. Et qui démontre qu’il n’est pas nécessaire d’aller dans les Alpes ou les Pyrénées pour trouver des terrains de chasse pour les purs grimpeurs.

D’un autre côté, ce parcours propose aussi suffisamment d’occasions aux sprinters de démontrer leur pointe de vitesse. On a dénombré la bagatelle de neuf étapes de plaine, en ayant toujours à l’esprit que les étapes dévolues aux sprints se transforment parfois en joutes, au gré de velléités des baroudeurs, pour les rouleurs et attaquants. Quant aux contre-la-montre, ils ne sont qu’au nombre de deux sur ce Tour, et ils ne totalisent que 36 km, soit 13 à Düsseldorf et 23 à Marseille, la veille de la remontée sur Paris. Ce n’est pas beaucoup et cela ne pourrait pas faire l’affaire du vainqueur sortant, Chris Froome. Dans pareil Tour, on a la nette impression qu’on a monté un terrain de jeu pour les purs grimpeurs, façon Quintana ou Chaves. Ou pour Bardet, coureur français…

Enfin, le suiveur que nous sommes va bien s’amuser en juillet prochain: il y aura sans doute de nombreuses étapes où il devrait se passer quelque chose, mais aussi des transferts en auto d’une grande complexité. Mais, bon, là, on tombe dans les sentiments très personnels.