HAULCHIN

Allons en vendanges à Haulchin, où les raisins sont bons

Les vendanges battent leur plein au Vignoble des Agaises. La récolte 2016 s'annonce exceptionnelle qualitativement parlant. Mais quantitativement, il n'y en aura pas pour tout le monde.

Il est déjà loin le temps où la famille Leroy, à qui l'on doit la production du Ruffus, faisait appel à la famille et aux potes pour vendanger ses raisins à la main. Des dizaines de personnes se donnaient rendez-vous pour un weekend à Haulchin et se retrouvaient ensuite autour d'un barbecue et de quelques verres sous un châpiteau. Les vendanges avaient alors des allures de fête familiale. Mais depuis les premières vendanges du vignoble des Agaises au milieu des années 2000, le domaine a bien changé. La surface exploitée a décuplé: 23 ha de vignes occupent les "terres blanches" 100% calcaire d'Haulchin dont 18 ha sont cultivées aujourd'hui, les vignes les plus récentes étant encore en croissance. Lors des dernières vendanges manuelles, le vignoble des Agaises avait fait appel à plus de 200 personnes. Les vendanges se transformaient en casse-tête logistique.

De plus, le succès du Ruffus a fait rentrer le vignoble dans la cour des grands vins pétillants. Devenu fer de lance de la production belge, le vignoble a donc adopté des méthodes de professionnels. Cette semaine et depuis six ans, ce sont deux vendangeuses, des machines spécifiques louées en Bourgogne, qui ratissent les vignes, secouent les plants pour en faire tomber le raisin, directement aspiré dans la machine. Grâce à un système de souffleuse, celle-ci est capable de séparer le raisin des feuilles, brindilles et également des grains trop petit.

Un an et demi de fermentation

Une fois récolté et le temps de faire le trajet jusqu'aux locaux techniques du vignoble, le raisin est directement déversé dans les pressoirs qui le pressurent, à raison de 4 tonnes de jus par machine et pendant plus de trois heures. Quand on produit du vin blanc, le pressurage du raisin doit être directement effectué une fois récolté. Le raisin passe ensuite dans les cuves de débourbage où les dernières impuretés sont retirées. Le jus peut alors être stocké dans de grosses cuves. S'en suivra un processus de fermentation, avant une mise en bouteille du liquide pour une deuxième fermentation. Les bouteilles seront ensuite stockées dans un énorme hangar pendant plus d'une année.

La cuvée 2016 sera mise en vente en 2018. Et il n'y en aura pas pour tout le monde: si la récolte 2016 est excellente au niveau qualité, le compte n'y est pas au niveau quantité, la faute au temps froid et humide de ce printemps. Les 150 000 bouteilles issues de la récolte 2015, qui seront mise en vente en juin 2017, sont déjà toutes vendues, sauf quelques caisses. "On en garde quelques-unes en stock pour de nouveaux clients. Mais ils n'auront droit qu'à 6 bouteilles et il faudra venir les chercher au domaine", précise Arnaud Leroy, responsable commercial. Le Ruffus, bientôt aussi rare et couru que la Westvleteren en bière? Ce n'est pas l'objectif. Mais au vignoble des Agaises, on aime faire les choses bien et grandir petit à petit sans brûler les étapes.

Pour découvrir la belle success story du Ruffus, plongez-vous dans le supplément consacré à l'essor du vin wallon dans votre journal du jour.