MOLENBEEK

Molenbeek reprend de l’Ekla: 183 logements, parc, école, crèche et commerces dès 2018 à la Gare de l’Ouest

Le projet Ekla bénéficie d’une desserte multimodale, à deux pas de la Gare de l’Ouest, à Molenbeek. Re-Vive / Besix

Ekla, c’était la marque de pils la plus célèbre de la brasserie Vandenheuvel. C’est aussi le nom du projet immobilier mixte que Re-Vive construit sur le site industriel disparu, à Molenbeek. La première pierre est posée. Les locataires sont attendus en 2018.

«Ça fait 50 ans que j’habite Molenbeek. Je passais ici tous les jours et je me demandais quand ce chancre allait bouger». Les mots ne sont pas ceux d’un riverain, mais sortent du discours de Françoise Schepmans, Bourgmestre de Molenbeek (MR). C’est dire si le projet Ekla, dont l’élue libérale a posé la première pierre ce 27 septembre avec le promoteur Re-Vive, est considéré comme un signal. Un «signal architectural» pour la Gare de l’Ouest, comme aiment vanter les communicants. Mais aussi un signal de la santé de la commune.

Molenbeek reprend de l’Ekla: 183 logements, parc, école, crèche et commerces dès 2018 à la Gare de l’Ouest
La Bourgmestre Schepmans et les échevins du Logement Majoros et de l’Urbanisme Mahy ont posé la première pierre en compagnie du CEO de Re-Vive. EdA - J. R.
«Nous avons connu des événements dramatiques», acquiesce Schepmans, qui considère la tour Ekla comme «“LE” projet emblématique» de cette législature . «Mais c’est vrai qu’avec le bashing qui a suivi, il devait y avoir un sursaut. Il faut reconstruire ensemble. Cet investissement ici est donc un signal extrêmement important». Un signal, on vous disait. Pour convaincre et rassurer «les néo-Molenbeekois» attendus par la Bourgmestre, celle-ci annonce que l’antenne jeunes de la police, au parc Marie-José, sera transformée en «véritable commissariat». «Les nouveaux habitants verront ainsi que Molenbeek n’est pas la commune qu’on a tant décriée».

18 étages

Sur le terrain, le projet Ekla s’implante dans le quadrilatère de 8000m2 dessiné par la chaussée de Ninove, la rue Alphonse Vandenpeereboom et la rue Edmond Bonehill. Il prend le nom de la bière brassée là-bas pour l’Expo58. Sa tour marquera la pointe du site, en vis à vis des barres de logements sociaux plantées de l’autre côté de la Gare de l’Ouest. Ses 18 étages blancs beluga flirteront avec le site rescapé de la brasserie Vandenheuvel et son étonnante arche classée. Au total, l’ensemble comprend 92 logements acquisitifs destinés au privé, dont 4 penthouses. Il intègre aussi 91 logements sociaux, dont 50 studios destinés à des étudiants.

Molenbeek reprend de l’Ekla: 183 logements, parc, école, crèche et commerces dès 2018 à la Gare de l’Ouest
Karim Majoros, échevin du Logement molenbeekois, se dit «satisfait de la mixité du projet» Ekla. EdA - J. R.
«Nous sommes très satisfaits de la grande mixité du projet», se félicite Karim Majoros, échevin du Logement et des Propriétés communales (Ecolo). L’élu vert explique comment la commune a pu faire levier sur le quota de logements sociaux grâce à l’emphytéose que Molenbeek possédait sur un terrain voisin que Re-Vive voulait récupérer. «Nous avons ainsi obtenu la création d’un parc public, mais aussi l’implantation d’appartements variant du studio au 5 chambres, denrées rares dans les AIS». 20.000 ménages sont sur liste d’attente pour l’obtention d’un logement social à Molenbeek, dont 6.000 à 7.000 familles molenbeekoises. «Certaines patientent depuis 15 ou 20 ans!», argue Majoros.

Molenbeek reprend de l’Ekla: 183 logements, parc, école, crèche et commerces dès 2018 à la Gare de l’Ouest
Françoise Schepmans, Bourgmestre de Molenbeek, voit dans la Gare de l’Ouest un futur pôle multimodal d’importance. EdA - J. R.
Des rails vers la Flandre

Outre cette mixité des habitations, Ekla prévoit une crèche, une école flamande pour quelque 400 élèves, des petits bureaux pour les start-up et des commerces. Colruyt doit y implanter une supérette Okay. Ce «quartier de vie», comme le définit le promoteur, sera évidemment desservi par la Gare de l’Ouest. Outre trams, bus et métros, ce nœud multimodal «accueille déjà des trains même si peu de Bruxellois le savent», raille Majoros. «À terme, la gare desservira la Flandre». Schepmans ose d’ailleurs y rêver un pôle mobilité «aussi important que Bruxelles-Midi».

Une seule ombre dans l’euphorie qui ensoleille cette première pierre: quartier et commune attendent encore de connaître le destin du terrain vague de la SNCB, derrière la gare. La Région espère l’acquérir. «On pourrait y voir un parc», avance Schepmans. «On ne désespère pas». Le dernier bâtiment de la brasserie Vandenheuvel aussi pourrait changer de destination. Mais aux dernières nouvelles, ses propriétaires n’ont pas encore trouvé laquelle.

 

«On aurait souhaité autre chose pour l’arche protégée»

Molenbeek reprend de l’Ekla: 183 logements, parc, école, crèche et commerces dès 2018 à la Gare de l’Ouest
Philémon Wachtelaer, architecte du projet Ekla, se félicite du rôle sociétal de l’ensemble avec ses multiples services intégrés. EdA - J. R.
Philémon Wachtelaer, c’est votre bureau Buro II & Archi+I qui a dessiné le projet Ekla et sa tour. S’emparer d’un tel quartier, c’est stimulant?

Intervenir dans le milieu urbain, c’est toujours grisant. Ce type d’intervention permet de traduire au mieux notre métier, qui comporte une responsabilité sociétale dans la mixité aujourd’hui nécessaire des espaces publics, des services, du logement... Le maître d’ouvrage, Re-Vive, a compris cet enjeu. Les promoteurs sont parfois perçus comme des méchants avides d’argent. Mais par rapport au début de ma carrière, leur métier a évolué et ils font preuve aujourd’hui d’une vision à plus long terme.

Molenbeek reprend de l’Ekla: 183 logements, parc, école, crèche et commerces dès 2018 à la Gare de l’Ouest
Les logements réservés à l’aquisitif privé se situent dans la figure de proue du projet Ekla, la tour de 18 étages. EdA J. R. / Re-Vive
Concrètement, comment s’articulent les logements et les fonctions dans la globalité du projet?

Il y a différentes typologies de logements. À l’entrée, sur l’angle de la chaussée de Ninove, se trouve la volumétrie la plus haute qui fait le contrepoint de l’autre côté de la gare, comme un signal. Ce sont ces étages, dans la tour, qui sont destinés à la vente. Dans la rue Alphonse Vandenpeereboom, c’est le logement social. Plus loin, sur le parc, s’implantera le logement moyen. C’est autour de ce parc que s’articule tout le projet. L’école enfin est prévue sur la chaussée de Ninove.

L’arche qui relie le terrain d’Ekla au dernier vestige de la brasserie Vandenheuvel va-t-elle rester en place? Qu’allez-vous en faire?

Pour cette arche, on aurait vu autre chose. Mais elle est protégée. On peut se poser la question du bien-fondé de sa conservation. Elle avait bien sûr un sens dans l’activité industrielle. En tant que Bruxellois pur-sang, le patrimoine me tient à cœur. Mais dans une ville dynamique, doit-on autant se raccrocher au passé? Regardons les églises françaises: elles se sont construites sur plusieurs siècles, dans un syncrétisme de styles. Les anciens avaient la capacité de se renouveler, d’intégrer de nouvelles idées dans leurs architectures. Aujourd’hui, il y a trop de nostalgie.

Molenbeek reprend de l’Ekla: 183 logements, parc, école, crèche et commerces dès 2018 à la Gare de l’Ouest
L’arche de la brasserie «avait un sens dans le passé industriel du site», mais en 2016, on y accorde trop d’importance, «trop de nostalgie», selon l’architecte du site Ekla. EdA - J. R.