article abonné offert

Il s’était déjà « illustré » en 2012

Ce n’est pas la première fois que l’abbé Jacques G. fait parler de lui. En 2012, le prêtre fait une sortie aussi stupide que fracassante dans la presse: il prétend pouvoir «guérir» l’homosexualité.

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 24 des 104 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?