BUZZ - INSOLITE

VIDÉO | Il se fait passer pour l’artiste qui a peint «le pénis de Saint-Gilles» et dit qu’il voulait faire une comète

C’est LE buzz du jour sur Facebook: une émission TV flamande a livré son explication hilarante du fameux «zizi de la barrière de Saint-Gilles». À voir! Pendant ce temps, les politiques ont scellé son sort.

+ LIRE AUSSI | Rien, vous ne saurez rien sur ce zizi de la Barrière de Saint-Gilles

Qui a peint le gigantesque pénis sur un mur aveugle de l’avenue du Parc, à la Barrière de Saint-Gilles? Le mystère reste entier.

L’émission «De ideale wereld» sur la chaîne Canvas a tourné un sketch où un comédien se fait passer pour l’auteur de cette «œuvre». Jouant à la perfection le rôle du niais, il explique aux passants, dessin à l’appui, avoir voulu représenter la chute d’une comète.

Les réactions fusent: «Je trouve ça scandaleux!», «Vous l’avez ratée, votre comète...»

On le voit alors tenter de réparer «sa» faute avec un baril de peinture blanche pour repeindre le mur. «Je comprends que les gens voient un pénis. En plus, il y a une école à proximité. Donc je vais réparer mon erreur», dit-il tout penaud. Sauf qu’au moment de prendre le pinceau, il renverse le baril sur la façade de l’immeuble voisin. Un trucage, évidemment, qui laisse une image encore plus cocasse. «Ben oui, maintenant on va croire que c’est du sperme qui sort du pénis...»

Du coup, avec ce qui lui reste de peinture, il feint de laisser un message sur le fameux zizi. Mais au lieu de «Het spijt me veel» («Je suis vraiment désolé»), il écrit «Het spuit mij vol» («Je pulvérise vraiment»)...

La vidéo a déjà été vue 100.000 fois en 2 heures sur la page Facebook de l’émission. L’humour belge fait toujours recette, et pas qu’une fois!

Le zizi remplacé par une autre œuvre

Dans la commune de Saint-Gilles, comme on vous le racontait ce 20 septembre, la fresque est un dossier qui a retenu l’attention mais qui ne s’annonce forcément pas prioritaire.

Ainsi, le collège communique ce 22 septembre qu’il effacera le zizi «à moyen terme». «Dans la mesure où ce dessin réalisé sans autorisation n’a pas vocation à durer et au vu des échanges avec le propriétaire, il a été décidé de le faire retirer. Les services communaux analysent actuellement la faisabilité technique d’une telle opération. Le collège souhaite que le nettoyage soit effectué dans les prochaines semaines».

Mais la fresque et son emplacement stratégique donnent des idées à la Barrière. Ainsi, une fois le dessin effacé, Saint-Gilles permettra à un artiste, sans doute moins potache, de s’emparer du mur aveugle. «Le mur en question étant propice à l’installation d’une œuvre d’art urbaine, le collège étudie la possibilité de faire appel à un ou des artistes pour y installer une œuvre d’art. Il est évident que toutes les démarches seront entreprises (obtention de l’accord du propriétaire et d’un permis d’urbanisme) pour respecter la légalité», prévient le collège, qui promet aussi de consulter les habitants du quartier».

VIDÉO | Il se fait passer pour l’artiste qui a peint «le pénis de Saint-Gilles» et dit qu’il voulait faire une comète
Si vous voulez observer la fresque de la Barrière de vos propres yeux, il ne faut pas trop attendre puisque celle-ci va être effacée. EdA - J. R.

À la Ville, on prend une autre décision

Par contre, la décision de ratiboiser le pénis saint-gillois n’a visiblement pas inspiré la Ville de Bruxelles. Celle-ci annonce, par la voix du compte Twitter de l’échevine de la Culture Karine Lalieux qu’on sait très éprise de street-art, la conservation de l’œuvre «soeur» apparue dans la foulée du zizi rue des Poissonniers, dans le centre-ville. «Le collège a décidé de ne pas effacer la fresque», explique Lalieux sans plus de détails.

Les plus facétieux auront remarqué que le dessin osé de cette seconde fresque polémique apparue en quelques jours dans les rues de la capitale fait curieusement écho au toponyme de la rue ainsi décorée...

J. R.