NAMUR - Cour d’appel de police

Namur : flashé à 207 km/h au lieu de 120 !

Namur : flashé à 207 km/h au lieu de 120 !

Flashé à 207 km/h… et avec deux antécédents. La suspension du prononcé, un bon signal? ÉdA

Les faits remontent au 25 avril 2015. Ce jour-là, Gilles (patron d’une société de construction) est flashé sur l’autoroute du côté de La Bruyère à 207 km/h. Même en appliquant une revue à la baisse tolérée en cas d’excès de vitesse, le prévenu a largement dépassé le plafond autorisé en la matière. Lors d’un premier jugement du tribunal de police, le conducteur a bénéficié d’une suspension probatoire du prononcé de la condamnation.

Décision contre laquelle le parquet a fait appel. Motifs? Gilles a déjà deux antécédents en la matière: en 2011 et 2014. «La suspension est un mauvais signal », souligne le Ministère public. Et de solliciter 150€ d’amende, 3 mois de déchéance du permis et l’obligation de repasser tous les examens.

Du côté de la défense, on tient à mettre en avant le contexte particulier dans lequel son client évolue. D’un point de vue professionnel, il doit surveiller quotidiennement ses chantiers. Il roule en moyenne 70 000 km par an. D’un point de vue privé, il est en instance de divorce et a la garde de ses deux jeunes enfants une semaine sur deux. Son véhicule lui est donc nécessaire tant pour son travail que pour la prise en charge de ses enfants.

De surcroît, avant son passage devant le tribunal, il a suivi d’initiative, un stage de maîtrise automobile. L’avocat de la défense demande donc la confirmation du premier jugement prononcé par le tribunal de police. Le jugement en appel sera prononcé le 18 octobre.